Region

Mahajanga – Les tourniquets reviennent

La table de jeux est installée de jour comme  de nuit au bord de la mer de Mahajanga-be. 

Les jeux de hasard reprennent leurs droits sur la voie publique dans la cité des Fleurs. Personne ne s’inquiète de leur réapparition.

La gabegie est revenue au bord de la mer depuis les grandes vacances de l’année passée, notamment près des toilettes et WC publics, derrière le bureau de la Caisse d’épargne à Mahajanga-be. Un stand de jeux de hasard à ciel ouvert, comprenant un tourniquet et des dés, a de nouveau réapparu sur la voie publique. La «salle de jeux» est ouverte de jour comme de nuit, sans qu’aucun responsable, ni autorité de la ville ne prenne des mesures pour faire respecter la loi. Les jeux de hasard et d’argent sont interdits dans les  rues  et c’était dans cette optique que les responsables de ce stand avaient été expulsés, il y a quelques années. Ce, après avoir squatté l’endroit pendant plusieurs années.
Sans crainte
Aujourd’hui, ils sont de nouveau revenus sans aucune craintes et sans être inquiétés, et agissent sous les yeux des autorités et forces de l’ordre. La caserne militaire ou l’Intendance militaire n’est pourtant pas loin, de même que le Tribunal et les locaux du Bianco. La protection de l’ordre public et l’ordre social n’est plus certaine. Selon la loi, les jeux d’argent et de hasard ne sont ni un commerce ordinaire, ni un service ordinaire ; dans le respect du principe de subsidiarité, ils font l’objet d’un encadrement strict au regard des enjeux d’ordre public, de sécurité publique et de protection de la santé et des mineurs.
La commune urbaine de Mahajanga est ainsi appelée à prendre des mesures immédiates ainsi que les forces de l’ordre pour arrêter cette pratique. Comme elles l’ont exécuté en saisissant ces tables, il y a quelques années. De plus, les forces de l’ordre ont arrêté des joueurs de cartes « mena mahazo » en pleine rue à Mahabibokely, en 2015. Aujourd’hui, on croirait que tout est de nouveau permis.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter