Politique

Législatives – Des combats sans merci à Toamasina

L’ancien chef de région, Alaim Mahavimbina est aussi dans la course pour être député à Toamasina.

La liste des candidats retenus pour les législatives est publiée. Les quatre sièges de Toamasina I et Manakara sont particulèrement disputés.

À vos marques. La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a publié, hier, la liste des candidatures validées pour les législatives du 27 mai. Huit cent trois candidats répartis dans les cent dix-neuf districts vont ainsi se soumettre à l’épreuve des urnes. Ce scrutin est qualifié de troisième tour de l’élection présidentielle par certains observateurs car les camps Ravalo­manana et Rajoelina vont se mesurer dans quatre-vingt-trois circonscriptions. Toutefois, dans la liste des candidats « indépendants » figurent un nombre important de personnalités publi­ques. Comme il s’agit d’une élection de proximité, le profil et la personnalité du candidat prime sur les couleurs politiques. Ainsi, de rudes épreuves attendent les prétendants dans certaines circonscriptions.
À la lumière des deux tours de la présidentielle, le duel Tiako i Madagasikara et Isika rehetra miaraka amin’i Andry Rajoelina dans les six arrondissements d’Antana­narivo Renivohitra est évident. À quelques exceptions près, les députés sortants briguent un nouveau mandat. Ainsi, à l’instar de 2013, les duels Paul Bert Rahasi­manana (Rossy) et Félix Randriamandimbisoa, Lanto Rakotomanga et Rastany sont attendus.
Bataille électorale
Les épreuves sont plus compliquées pour le district de Toamasina I. Le nombre de douze prétendants par rapport aux deux sièges à pourvoir dans cette circonscription est similaire à quarante-huit autres districts. Toutefois, au vu des profils des candidats, la bataille électorale à Toamasina I s’annonce passionnante.
Quatre anciens minis­tres, deux ex-parlementaires, un ancien chef de région vont ainsi se mesurer.
Parmi les anciens membres de gouvernement figure Lucien Irmah Nahari­mamy, Ndahimanan­jara Johanita, Roland Ratsiraka et Pierrot Botozaza. À cela s’ajoutent l’ancien chef de région Alain Mahavim­bina et les ex- parlementaires Arnaud Tody et Benessy Harison Sébastien.
Le même scénario est attendu pour la circonscription de Manakara. En plus de l’ancien ministre des Transports, Beboarimisa Ralava, candidat du parti Banjino ny Repoblika, des personnalités connues et dont la plupart ont déjà passé avec succès l’épreuve des urnes figurent parmi les concurrents. Il s’agit en l’occurrence de l’actuel maire Giscard Andriano sous les bannières des Oranges, des députés sortants Benja Urbain Andriantsizehena et Abel Zafimahatratra et Rakamisilahy Martial. Étant donné la densité de la population dans ce district, deux sièges sont à pourvoir pour les neuf candidats.
L’impression des banderoles et des teeshirts doivent attendre le 22 mars date à laquelle le tirage au sort du numéro d’ordre des candidats dans le bulletin unique va être effectué au niveau des Organes en charge de la vérification et de l’enregistrement des candidatures. De l’animation est ainsi attendue dans ces circonscriptions d’autant que chaque candidat dispose d’un capital sympathie et surtout une puissance financière non négligeable. L’enjeu est de taille car ceux qui ratent le coche, surtout ceux qui ne sont pas au pouvoir vont traverser un long désert pendant cinq ans.