Accueil » A la une » Marché de l’automobile – La vente de véhicules neufs résiste à la crise
A la une Economie

Marché de l’automobile – La vente de véhicules neufs résiste à la crise

Trois mille véhicules neufs ont été écoulés sur le marché local en 2020.

Le secteur automobile fait partie des secteurs qui se sont montrés suffisamment résilients, face à la crise sanitaire. Chez les concessionnaires, la situation a été plutôt stable, mais ce fut loin d’être le cas chez les vendeurs de voitures d’occasion.

Dans l’ensemble, l’importation de véhicules et l’immatriculation ont connu une baisse au cours des derniers mois, étant donné que les statistiques ont été tirées vers le bas par le marasme des ventes de voitures d’occasion. La crise sanitaire est passée par là. Mais le secteur a le potentiel de se relever assez rapidement si l’on se base sur les évolutions notées au cours des dernières années. Et, surtout, si l’on se réfère à la situation du marché des véhicules neufs, en 2020.

Le président du Groupement des concessionnaires automobiles de Madagascar, Alexandre Dupré, parle de « ventes stables » pour l’an passé. Quelque trois mille véhicules neufs ont été écoulés sur le marché local.

Toutefois, il faut noter que 12 ans plus tôt, le même marché représentait quelque 5000 véhicules neufs vendus en une année. neuf concessionnaires représentant les marques de constructeurs d’automobiles à Madagascar, se partagent ce marché.

Comparé à ceux des autres pays de la région, le marché malgache est assez étriqué. Mais les acteurs du secteur automobile ne cessent d’innover afin de faire avancer les choses.

Des innovations

Les quelque trois mille véhicules vendus dans le pays sont minimes par rapport aux 90 millions de véhicules neufs vendus dans le monde entier juste avant la crise. A La Réunion, les quelque trente mille véhicules vendus sur la même période, pour un nombre d’habitants nettement inférieur à celui de la Grande île font réfléchir. L’Afrique du Sud, à elle seule, a enregistré un peu plus de six cent mille voitures neuves vendues sur une année pour la même période. En France, par ailleurs, il s’est vendu 2,79 millions de voitures neuves en 2019. Comparaison n’est pas raison. Certes. Mais tout ceci donne une idée de la situation du marché dans la Grande île.

Toutefois, même assez modeste, le marché malgache a progressivement connu des innovations. Ce, grâce notamment à la contribution du secteur bancaire. Différents types d’offres financières ont été mis sur le marché au cours des derniers temps. Notamment le crédit-bail qui peut donner au client trois possibilités : le leasing classique qui est une location sur une durée déterminée, mais permettant une possibilité d’achat à la fin du contrat, le leasing adossé qui consiste à céder une voiture en crédit bail à un crédit-preneur qui, à son tour, donne la voiture en location à une autre personne, et enfin, le lease-back qui offre à une entreprise possédant une voiture la possibilité de la céder.

Le marché des véhicules d’occasion est cependant très dominant, dans le pays. Et cela chamboule les statistiques. Cet état de fait révèle, en réalité, la difficulté de la majorité des acheteurs malgaches à opter pour les véhicules neufs.

85% du marché

Pour le moment, les groupes industriels, les grandes sociétés et les organismes d’Etat sont les principaux clients des concessionnaires pour les véhicules neufs. La plupart des acheteurs particuliers optent pour les voitures de seconde main. Les divers coins de rue d’Antananarivo, encombrés par les véhicules d’occasion « à vendre » illustrent cette situation. L’ancien jardin d’Antanimbarin’andriana, transformé en marché à ciel ouvert de voitures d’occasion, a fait réagir d’autres utilisateurs de ce « parking » mais, jusqu’à présent, c’est le statu quo. Pis, le marché à ciel ouvert s’étend désormais du côté de la devanture du stade Barea.

A cet endroit, les vendeurs de véhicules ne cachent pas leur amertume. « Je vends deux fois moins de voitures actuellement » explique Ndrasana. Pour lui, l’effet de la crise est réel. « La plupart des gens ont vu leur revenu baisser sensiblement durant la période de confinement de 2020 », continue-t-il. Sans oublier « les difficultés pour se déplacer durant la période de restriction».

Cette baisse notoire des ventes de voitures d’occasion, qui occupent pourtant à peu près 85% du marché local, a influé sur la situation globale du secteur. L’immatriculation de véhicules neufs et d’occasion a ainsi connu une baisse de 21% à Antananarivo, si l’on se réfère aux chiffres de l’Institut national de la statistique (INSTAT), pour la période 2019- 2020. De janvier à décembre 2020, 8178 véhicules ont été immatriculés, contre 10 352 l’année précédente. L’immatriculation de véhicules usagés, connaissant une baisse de 84%.

L’immatriculation de véhicules neufs a pourtant connu une hausse de 11%, passant de 5539 véhicules immatriculé en 2019 à 6 146 en 2020. Mais ces chiffres comprennent également les mutations, d’où la différence par rapport aux véhicules neufs déclarés vendus.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi