Accueil » Faits divers » Andapa – Un possédé décapite sa femme
Faits divers

Andapa – Un possédé décapite sa femme

Ce crime qui dépasse l’entendement a eu lieu à Doany Andapa.

Un homicide volontaire commis dans des circonstances effrayantes a été constaté, hier, à Doany Andapa. L’homme qui a pu tuer sa femme s’est présenté à la gendarmerie.

TROP c’est trop. Un homme de 32 ans a froidement décapité sa propre femme avec une machette, hier, à Doany, dans le district d’Andapa. Ils sont mariés depuis dix ans et c’est maintenant que tout s’est soldé par un crime monstrueux. Ils n’ont jamais eu d’enfant, selon les témoignages recueillis sur place par la gendarmerie. Il est 8 heures, le trentenaire a couru et s’est présenté au bureau de la gendarmerie. Dans un premier temps, personne ne savait ce qui lui était arrivé. Il nous a raconté, « j’ai assassiné ma femme ». Dans les minutes suivantes, le maire, le délégué, le chef fokontany et un directeur d’école privée ont successivement alerté la gendarmerie de leur découverte macabre. Ils ont cru que le tueur a pris la fuite.

Par peur d’une vindicte populaire certaine, l’auteur a rapidement été transféré à Andapa où il sera enquêté. Son interrogatoire sera accéléré pour pouvoir le traduire au parquet dès lundi, d’après les explications reçues. La gendarmerie a révélé que le mari est possédé d’une puissance occulte. Il devient souvent fou furieux.

Aliénation

Ses parents ont plusieurs fois essayé de le délivrer. C’est à cause de son aliénation que la famille avait déjà recommandé à lui et à sa femme de se séparer. « Ça lui est déjà arrivé de quitter son foyer et de revenir après deux ou trois jours, une fois qu’il a repris ses esprits », ont rapporté leurs proches à la gendarmerie. « Cette fois, le phénomène s’est encore emparé de lui. Il a cherché à s’évader de la maison. Sa femme a tenté de l’empêcher de partir. Sur le moment, il a pris un coupe-coupe pour l’abattre avec. Apparemment, ses actes le remordent », a relaté un gendarme à la brigade de Doany.

Les responsables autoritaires locaux se sont efforcés de calmer le fokonolona étant complètement indigné et bouillant de colère. Aux dernières nouvelles, la situation est presque maîtrisée. L’enquête du meurtrier va bon train. Des membres de sa famille, ainsi que des voisins ont été entendus, hier.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi