Accueil » A la une » Coronavirus – Vers une suspension des vols avec Maurice
A la une Politique

Coronavirus – Vers une suspension des vols avec Maurice

À  partir  du  27  novembre,  les  vols  avec  Maurice seront  momentanément  suspendus.

À s’en tenir au communiqué du conseil des ministres de mercredi, les vols entre Madagascar et Maurice, vont être suspendus. La dernière liaison devrait être celle du 27 novembre.

Se protéger d’une invasion du variant delta. Tel est l’en-tête du quatrième point de la communication faite par le ministère de la Santé publique, en conseil des ministres, mercredi.

Selon cette communication, afin de préserver le pays d’une propagation du variant delta du coronavirus, l’État envisage de suspendre les vols entre Madagascar et l’île Maurice. Dans la deuxième phrase de cette communication, il est ajouté, toutefois, que «jusqu’ici, il a été décidé que le dernier vol entre Maurice et Madagascar sera celui du 27 novembre».

Une formulation qui amène à tirer la conclusion que la suspension de la liaison aérienne entre la Grande île et sa voisine serait ainsi actée.

La décision prise par le conseil des ministres est passée presque inaperçue. La presse n’en a pas fait mention, hier. La raison est que le point quatre de la communication faite par le ministère de la Santé publique ne figure pas dans le communiqué de presse reçu dans les mails des journalistes et des rédactions. Il faut se référer à la version publiée sur la page Facebook de la présidence de la République pour voir la partie qui parle de l’intention de l’État de suspendre les vols entre Madagascar et Maurice.

Les vols commerciaux entre la Grande île et sa voisine ont repris le 23 octobre. Depuis quelques jours, toutefois, une partie de l’opinion publique a interpellé les autorités face aux risques que présente le relent de la propagation de la Covid-19, à Maurice. Le nombre de nouveaux cas sur cette île monte en flèche depuis la réouverture de ses frontières, début octobre.

Cas importés

Selon un article publié sur le site web de l’Express Maurice, le 11 novembre, le pays figure dans le top 5 des États africains qui comptabilisent le plus grand nombre de nouveaux cas quotidiens. Cet article ajoute qu’un record de quarante-et-un décès, en une semaine, a déjà été enregistré dans l’île depuis la réouverture de ses frontières. Avant de s’ouvrir à nouveau au monde, Maurice a, pourtant, affirmé que 60% de ses habitants sont vaccinés. L’Express Maurice avance, cependant, que des personnes vaccinées figurent dans la liste des décédées.

La situation sanitaire alarmante à Maurice explique donc l’intention, ou la décision de l’État de suspendre les vols entre les deux pays. D’autant plus que Madagas­car connaît un réveil du coronavirus depuis quelques jours, alors que les frontières n’ont été rouvertes officiellement, que le 6 novembre. Les deux cas graves recensés à Fianaran­tsoa, et la reprise des va-et-vient des ambulances à Antananarivo sont inquiétants. Une inquiétude renforcée par l’information selon laquelle les cas qui on t déclenché une reprise des contaminations dans la capitale de la région Menabe sont «des cas importés».

Le rapport du conseil des ministres publié sur la page Facebook de la présidence de la République indique que les ministères concernés vont apporter plus amples explications sur cette intention ou décision de suspendre les vols avec Maurice. Hier, en tout cas, aucun département ministériel ne s’est exprimé sur le sujet. Des questions s’imposent, en effet, sur la raison pour laquelle, seule l’île Maurice est concernée par cette intention ou décision. Il pourrait y avoir un argument économique. Ne suspendre que les vols avec Maurice pourrait aller dans le sens de préserver la dynamique du tourisme international.

Contrairement à ceux en provenance d’Europe, il n’y a pas beaucoup de touristes qui viennent de Maurice. Seulement, plusieurs pays européens, dont la France, connaissent, aussi, une explosion des nouveaux cas de contamination à la Covid19. Permettre une reprise des échanges internationaux tout en évitant une troisième vague est, toutefois, le challenge des autorités. Le cas de Morondava et ses cas importés indique, cependant, qu’il y a des failles dans le protocole sanitaire applicable aux voyageurs venant de l’étranger. Pour éviter des drames, des rectifications s’imposent.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter