Accueil » A la une » Blanchiment de bovidés – Série d’arrestations de délégués et vétérinaires
A la une Faits divers

Blanchiment de bovidés – Série d’arrestations de délégués et vétérinaires

L’État-major du groupement de la gendarmerie de Menabe.

Soupçonnés de blanchiment de bœufs volés, deux délégués et un agent vétérinaire, tous dans la région Menabe, sont écroués depuis mardi avec cinq autres individus.

DE NOUVELLES arrestations qui pourraient durcir la grève et la suspension de délivrance de fiche individuelle de bovin (FIB) par les délégués ou chefs d’arrondissement administratif et les vétérinaires. Cette fois encore, dans la région Menabe, un agent vétérinaire de la commune de Manja, le délégué et son secrétaire, ainsi que le délégué de Soaseragna ont été capturés.

Mardi, ils ont été placés sous mandat de dépôt dans la maison centrale de Morondava avec deux acheteurs de bestiaux venant de Mandoto Vakinankaratra, un camionneur et son aide habitant dans l’Itasy.

L’enquête de la gendarmerie est partie d’un blanchiment de bœufs volés constaté dans le district de Manja. Trente-six zébus avaient été dérobés par des dahalo. Vingt ont pu être récupérés et rendus au propriétaire.

Consignes

Plus tard, celui-ci a entendu qu’un camion embarquait des zébus, dont les siens, à Mahabo. Informés, des gendarmes sont venus intercepter le poids lourd.

« Les huit suspects sont alors poursuivis pour blanchiment et faux en écriture publique, complicité, faux et usage de faux, recel des bovidés volés », rapporte le groupement de la gendarmerie de Menabe qui affirme appliquer la règle de « zéro tolérance », suivant les consignes du Premier Ministre et le secrétaire d’État chargé de la gendarmerie nationale (SEG).

L’arrestation de délégués et de vétérinaires, pour le même motif, s’enchaîne depuis septembre où le chef d’arrondissement de Maso­arivo, du district d’Antsolava, a été appréhendé avec un vétérinaire, deux marchands de bestiaux et le chef fokontany d’Andrefantsena, à Belo-sur-Tsiribihina. Tout comme eux, ceux arrêtés par la suite dans d’autres régions ont tous été jetés en prison.

Depuis presque un mois, les vétérinaires et délégués ont suspendu leurs activités, dont principalement la délivrance de FIB. D’après eux, il n’est pas de leur tâche de contrôler les bœufs volés ou pas. Cette vérification appartient à la gendarmerie qui est, d’ailleurs, censée apposer sa signature dans les FIB. Or, certains gendarmes refuseraient de signer.

La majorité des étals de boucherie de la capitale sont à présent vides.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter