Accueil » Economie » Budget 2021 – Une croissance prévisionnelle de 4,5%
Economie

Budget 2021 – Une croissance prévisionnelle de 4,5%

Le  budget  sera  mis  au  vote  de  l’Assemblée  national et  au  Sénat.

La Loi de finances 2021 prévoit une croissance de 4,5%. Un objectif ambitieux après sept mois de marasme économique.

Rappel des faits. Un communiqué du conseil des ministres, en pleine vague du coronavirus, a mentionné, sans autres commentaires, que la croissance économique en termes réels du Produit intérieur brut, PIB, pour 2021 serait de 4,5%.

Comme la tenue de la session budgétaire du Parle- ment, censé adopter le projet de loi y afférent, présenté par le gouvernement, était encore loin dans le calendrier, cette annonce laconique n’a suscité un quelconque intérêt pour le milieu des affaires et des finances. Pire ou mieux, elle a échappé aux yeux de lynx des observateurs à l’affût des moindres faits et gestes des dirigeants. Les plus critiques et les plus sceptiques disaient qu’il s’agit d’un dérivatif pour détourner l’attention de l’opinion focalisée sur l’avancée dangereuse du nombre des contaminés et victimes de la Covid- 19.

Mais au final, cette prévision a été retenue dans la version officielle du Projet de loi de finances initiale, PLFI 2021. Il était difficile pour les techniciens du ministère de l’Économie et des Finances de ramer à contre courant de cette publication précoce. Car, le mois dernier, le Fonds monétaire international, FMI, a estimé que ce taux de décroissance économique serait de -3,8% pour cette année de gloire du coronavirus pour Madagascar. Contre les 0,8% prévus par la loi de finances rectificative.

Procusse fictive

Alors, pour réaliser ces 4,5%, il sera attendu un bond exceptionnel de 8,3% en matière de progression économique. Du moins, si l’on prend comme repère arithmétique la valeur absolue. Comme l’a si bien fait Marc Ravalomanana dans ses petits calculs en 2003, à la sortie de la crise politique de 2002. Pour se vanter d’une prouesse fictive dont lui seul a le secret.

Car, en réalité, avec 3,8 % de réalisation l’an prochain, le compteur serait remis à zéro. Mais avec cette performance modeste, la crédibilité du montage financier du gouvernement gagnerait en crédibilité. Dans la mesure où ces 4,5% risquent d’être une simple vue de l’esprit. Un fantasme de plus. Comme les 7,5% du Premier ministre HVM Roger Kolo en 2013. À atteindre en six mois, excusez du peu, selon ses convictions d’une naïveté stupéfiante. Un exploit qu’aucun pays n’a réalisé. Même les dragons asiatiques à l’époque de leur hégémonie naissante, ne pouvaient prétendre à une telle performance. D’autant que Madagascar venait de sortir d’une longue crise politique qui a laminé les secteurs porteurs. Par les sanctions internationales, comme l’exclusion du giron de l’AGOA, qui a privé les produits textiles du marché préférentiel américain. L’illusion de Roger Kolo a fait rire sous cape diplomates et initiés.

Qu’en sera-t-il des 4,5% de l’actuel régime? Rien n’est moins sûr quant à une éventuelle amélioration de la situation économique et financière mondiale pour les mois à venir. Avec laquelle il faudra composer. Même si la crise sanitaire semble avoir diminué d’intensité ces derniers jours. Et les offres de vaccins anti-Covid s’étoffent.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi