Accueil » A la une » Alimentation – La baisse du prix de la farine envisagée
A la une Economie

Alimentation – La baisse du prix de la farine envisagée

La  LMOI  dispose  de  machines  performantes.

Une nouvelle usine de production de farine a été inaugurée à Toamasina, hier. Une production locale qui devrait réduire de manière conséquente le prix sur le marché.

Une baisse des prix. C’est le résultat « immédiat », attendu par l’État, suite à l’ouverture d’une usine de farine, à Toamasina.

Dans sa prise de parole lors de l’inauguration de l’usine de de la Minoterie de l’océan Indien (LMOI), hier, Andry Rajoelina, président de la République, a soutenu que les chiffres en sa possession permettent d’estimer à 15% la réduction du prix de la farine sur le marché. Selon ses mots, « selon les chiffres que je détiens, le prix de la farine devrait baisser de 15% à partir de maintenant, à Madagascar ».

À entendre les explications présidentielles, cette baisse quasi-immédiate du prix de la farine serait la conséquence de cette production locale. Selon lui, la farine utilisée dans la Grande île est issue de l’importation, jusqu’ici. Il s’agit d’une importation à hauteur de 250 000 tonnes par an. Avec une production journalière de 500 tonnes, actuellement, qu’elle compte porter à 1 200 tonnes par jour, l’année prochaine la LMO I devrait donc, tirer vers le bas les prix sur le marché, à s’en tenir aux affirmations du Chef de l’État.

Outre la farine pour le pain, de la farine multi usage sort également, des lignes de production de la LMOI. Le Président a émis le souhait que la production de l’usine de Toamasina ait un impact direct et positif sur le quotidien du malgache lambda. C’est-à-dire, une farine de meilleure qualité, à un prix accessible.

Partenariat public-privé

La Minoterie de l’océan Indien est, par ailleurs, présentée comme une autre marche vers la concrétisation du « Velirano », de Andry Rajoelina qu’est l’industrialisation de Madagascar. L’objectif de cet engagement est simple, selon le président de la République. Il s’agit « de produire localement tout ce don les malgaches ont besoin ». Pour accélérer la concrétisation de son « Velirano », qu’est l’industrialisation, le locataire d’Iavoloha lance un appel au secteur privé.

Andry Rajoelina met l’accent sur le partenariat public privé pour encourager les entrepreneurs à investir. « C’est la quatrième usine que nous inaugurons depuis le début de l’année », se réjouit le Chef de l’État. Dans son allocution d’inauguration, hier, il a rappelé qu’avant la LMOI, il a déjà inauguré la Société agricole sucrière malgache (SASM), à Brickaville. Il a, également, cité une usine de production de patte alimentaire et souligné l’ouverture de l’usine pharmaceutique Pharmalagasy. « J’espère que l’année prochaine, nous inaugureront bien plus de quatre usines », lance-t-il.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi