A la une Faits divers

Tsaratanàna – Cinquante bandits brûlent des habitations

Armés de fusils de chasse, une horde de dahalo a brûlé des maisons et dérobé un troupeau. Deux des malfaiteurs ont été abattus par les forces mixtes.

Une onde de choc s’est abattue à AntanifotsyTsara-tanàna, dans la soirée de mercredi. Les forces armées, accompagnées par le fokonolona ont donné du fil à retordre à une horde de dahalo. Dans les rangs des malfaiteurs, deux morts sont répertoriés. Les poursuivants sont, en revanche, indemnes. Ni mort ni blessé n’est signalé tant du côté de la gendarmerie, de l’armée, que des villageois qui avaient engagé la poursuite et livré bataille contre les brigands.

Les malfaiteurs étaient plus d’une cinquantaine. Deux jours plus tôt, ils ont pris d’assaut le village d’Ampandrana pour dérober du bétail et commettre un incendie criminel. Quelques habitations ont été brûlées et les bandits de grand-chemin se sont, dans la foulée, emparés de quatre-vingt-treize têtes de bovidé. Les assaillants étaient munis de fusils de chasse ainsi que de tout un arsenal d’armes blanches, les militaire de la 322e compagnie du 2e RM3, sont venus à la rescousse. Les éléments d’intervention ont été accueillis par un déluge de feu, par les dahalo embusqués dans la pénombre, mais aucun blessé n’est, à déplorer.

Résistance farouche

Les militaires intervenus ont donné du fil à retordre aux malfaiteurs, mais ces derniers ont réussi à prendre la fuite avec le troupeau volé. D’emblée, les hommes du 322/2RM3 ont alerté la gendarmerie nationale pour remonter ensemble la piste des fuyards, mais ces derniers avaient réussi à s’évanouir dans la nature. La ténacité des poursuivants s’est, toutefois, avérée payante.

Deux jours plus tard, les deux camps se sont retrouvés nez-à-nez dans une zone d’embuscade à Ampan­drana Tsaratanàna. Après des échanges de coups de feu, deux morts ont été dénombrés dans les rangs des dahalo. Les comparses de ceux qui sont tombés sur le champ de bataille ont, pour leur part, réussi à se glisser à travers les mailles des filets tendus par les forces de l’ordre qui, néanmoins, leur ont infligé un cinglant camouflet. Après en avoir eu pour leur grade, les dahalo rescapés ont renoncé à leur butin et abandonné, sur les lieux de l’accrochage, les dépouilles de leurs compagnons tombés sous les balles des gendarmes et des militaires.

Au total, soixante-dix têtes de bovidé ont pu être récupérées sur les quatre-vingt-treize subtilisées. Le troupeau a été restitué au propriétaire.