A la une Economie

Financement extérieur – La Banque mondiale finance les travaux de la RN44

Tandis que le chantier de réhabilitation de la RN44 a connu une désertion récente des constructeurs, un financement vient d’être débloqué.

Disponibilité de financement. 113 kilomètres de la RN44 reliant Moramanga à Ambaton­drazaka vont être réhabilités grâce au financement de la Banque Mondiale, communiqué officiellement hier. Selon le ministre de l’Aména­gement du territoire, de l’habitat et des travaux publics, Hajo Andrianainarivelo « Même si des incertitudes par rapport au financement total de la réhabilitation ont défrayé la chronique et ont alimenté la polémique, les travaux peuvent maintenant être menés à terme. Le financement est enfin disponible ». Objet de promesses présidentielles depuis une décennie, la réhabilitation de la RN44 a connu une dernière relance le 15 octobre dernier lorsque le Président Andry Rajoelina y a posé la première pierre pour débuter les travaux.

« Il y a eu cet incident de retrait du matériel sur le chantier. La première pierre a été posée certes, mais ensuite les constructeurs ont retiré le matériel. Il est à savoir que le chantier est en pleine phase d’installation actuellement dont la durée est de trois mois. Les constructeurs ont leur manière de procéder », ajoute le ministre Hajo Andrianainarivelo. Jugée stratégique par les observateurs, la RN44 est le seul axe routier traversant tout le bassin rizicole dans la région Alaotra Mangoro où se trouvent les deux villes Moramanga et Ambaton­drazaka. Ces dernières regorgent d’une production agricole importante.

Grenier à riz

« S’agissant de la RN44, il ne faut pas oublier le grenier à riz qu’elle désenclave une fois la réhabilitation achevée. Cette région que traverse la RN44 est riche en produits agricoles notamment le riz, alimentation de base à Madagascar. Conscient de cette importance du grenier à riz pour la vie économique et sociale, la Banque mondiale n’a pas hésité d’inclure la réhabilitation de la RN44 dans les cibles du crédit de 140 millions de dollars qu’elle vient d’approuver vendredi, pour la Grande-île », affirme Marie-Chantal Uwanyiligira, responsable des opérations de la Banque Mondiale à Mada­gascar. Ambatondra­zaka, principal grenier à riz de Mada­gascar, n’est pas facile d’accès en raison de l’état délabré de la RN44. Cette localité a, également, connu un désenclavement à travers le réseau Nord de la ligne de chemin de fer exploitée auparavant par une société nationale des voies ferrées.

Le temps de voyage entre Moramanga et Ambaton­drazaka sera considérablement réduit, une fois la réhabilitation de la RN44 terminée. La fluidité des échanges entre ces deux villes est entièrement dépendante de l’état de la RN44 et des saisons qui se succèdent. Avec les 140 millions de dollars que la Banque mondiale vient d’octroyer hier, à travers une signature de convention entre sa représentante et Richard Randriamandrato, ministre de l’Économie et des finances, d’autres routes dans plusieurs régions seront construites et des communautés rurales bénéficieront de l’accès à la téléphonie mobile et à Internet.