A la une Politique

Projet Tanà-Masoandro : Le dialogue recommandé entre l’État et la population

Les scènes de violence à Ambohitrimanjaka, jeudi, ont fait réagir les acteurs étatiques. Des institutions et organes constitutionnels ont donné de la voix, hier, pour appeler au dialogue.

Un cessez le feu. En substance, tel est l’appel lancé hier, au siège du Conseil du Fampihavanana Malagasy (CFM), Ampefiloha.

Dans une déclaration commune, le Sénat, le CFM, le Haut conseil de la défense de la démocratie et de
l’État de droit (HCDDED), et le Conseil national indépendante des droits de l’Homme (CNIDH), ont appelé l’État et les contestataires du projet Tanà-Masoan­dro à cesser les hostilités et à engager le dialogue pour trouver un consensus.

« Nous appelons chaque partie à l’apaisement, surtout, que nous sommes à l’orée des élections [communales]. Le constat est qu’il y a un manque de communication dans la concrétisation du projet à Ambohitrimanjaka », indique la déclaration lue par Mireille Rabenoro, présidente de la CNIDH. Pour favoriser le dialogue, la déclaration requiert « aux responsables de suspendre le début du projet et aux habitants de cesser les manifestations ».

Les présidents des entités qui ont signé l’acte d’hier, affirment qu’aucune issue consensuelle ne pourra être trouvée dans un contexte « trouble », et une logique de « provocation ». La déclaration énoncée par la présidente de la CNIDH ajoute ainsi, que personne ne s’oppose au développement et à la modernisation, seulement, « cela doit se faire dans la transparence et le respect des droits de l’Homme ».

Des habitants de la commune d’Ambohitrimanjaka et d’autres localités voisines dont les rizières, notamment, sont concernées par le remblaiement pour y ériger la nouvelle ville Tanà-Masoandro, manifestent depuis plusieurs jours pour affirmer leur opposition au projet. Les contestations ont viré en affrontement sanglant avec des éléments de la gendarmerie nationale dans la soirée de jeudi.

Déclencheurs

En tout, cinq personnes ont été blessées. Un béret noir, notamment, est toujours en soin intensif. Comme l’explique Alphonse Maka, président du CFM, en marge de la déclaration d’hier, les scènes de violence ont été les déclencheurs de l’initiative des quatre entités signataires. L’absence de l’Assem­blée nationale dans la liste des entités signataires de l’acte lu à Ampefiloha hier, a, toutefois, été remarquée.

« La présidente de l’Assem­blée nationale est en mission à l’extérieur. Elle a, néanmoins, envoyé un représentant qui s’est réuni avec nous pour préparer cette déclaration, mais il ne pouvait pas signer à sa place », réplique, toutefois, le président du CFM, en indiquant que la médiature de la République a, également, été représenté durant cette réunion, puisque sa présidente ne serait, également, pas au pays.

Dans son discours d’ouverture de la session de la Chambre basse, mardi, Christine Razanamahasoa a appelé au dialogue afin que le projet d’édi­fication d’une nouvelle ville à Ambo­hitrimanjaka, se fasse sans heurt. Dans l’après-midi de jeudi, cet appel au dialogue a été réitéré par les députés du groupe IRD, durant une conférence de presse à la cafétéria de l’Assemblée nationale.

Ayant fait une déclaration à la presse, hier, à Tsimbazaza, les élus du groupe parlementaire TIM ont, eux aussi, lancé un appel à la recherche d’un consensus, bien qu’ils affirment leur opposition la concrétisation du projet, à Ambohi­trimanjaka. Pour l’instant, l’Exécutif ne songe pas à reculer sur la concrétisation du projet de construction de la nouvelle ville sur le site désigné.

3 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Une suggestion vient à l’esprit s’agissant de ce projet mirifique, n’existerait-il pas d’autres moyens préalables afin de désengorger la capitale et consacrer les fonds y afférent à la réfection du parc immobilier existant, quitte à le réaliser ultérieurement et en ayant pris soin de la concertation citoyenne antérieure ? Il existe parallèlement beaucoup d’exemples de villes fantômes dans le monde aujourd’hui.. La solution de désengorgement, et désenclavement de certains quartiers, pourrait peut-être se décliner sous forme de transport par câble, téléphérique, comme en Colombie par exemple où l’environnement des villes équipées ressemble à celui de Tana, avec ses collines..
    Une grande première en Afrique subsaharienne sur un territoire où cette avancée le gratifierait d’une image internationale immédiate en entraînant des répercussions extraordinaires sur la vie tananarivienne, tant en termes d’emplois que de sécurité, salubrité, assainissement et qualité de vie..

  • CFM, SeFaFi et consorts, pourquoi attendre tant de temps pour ramener tout le monde, sans exclusion, sur la table de la dialogue? Le silence du Président de la République qui est l’initiateur du projet même me semble inquiétant, par dessus-tout. Envoyer ses lieutenants parler en son nom n’est plus la bonne stratégie.

  • Le bal des  » faux-culs  » et bizarrement il manquait la société civile pour ne citer que CRAAD-OI et le Collectif Tany ! Toutes ces entités doivent revoir leur copie en recadrant bien la genèse de ces contestations sur un projet clairement défini d’un candidat aux présidentielles .On n’a pas le moindre souvenir que des voix se sont élevées à l’époque surtout émanant de son concurrent direct à savoir Marc Ravalomanana . Il y a bien eu les débats d’entre les deux tours où ce dernier n’a aucun moment soulevé des objections sur Tanamasoandro . Sa défaite face à son principal ennemi de 2009 , son exclusion du chef de l’opposition parlementaire et son désistement par peur bleue d’un adversaire de taille aux municipales sont les précurseurs d’un aventurisme par récupération politique via un élu dans la circonscription concernée . Les questionnements des paysans sur de futurs remblais sont initialement légitimes . L’enjeu c’est l’urgence de désengorgement de la capitale car il est question d’ urbanisation adéquate pour une qualité de vie meilleure des générations futures .
    Le projet téléphérique est dans l’air et des contacts avec des investisseurs étrangers pour leur réalisation sont en cours .Le président de la république a maintes fois évoqué lors de colloques , de contacts directs avec la population et avec la presse ce projet Tanamasoandro . Nous sommes en 2019 et les technologies de la communication sont aussi développées qu’une localité comme Ambohitrimanjaka n’est pas du reste . Au total Tanamasoandro verra le jour quoi qu’il advienne et les politicards en mal de notoriété en auront pour leur grade .