Faits divers

Ankavandra – Le commandant de brigade et sa famille embusqués

Un hélicoptère a été demandé pour évacuer le commandant de brigade d’Ankavandra, à Miandrivazo, hier. Ce gendarme et sa famille ont été attaqués.

Pris en embuscade. Le commandant de brigade (CB) de la gendarmerie d’Anka­vandra, dans le district de Miandrivazo a été criblé de balles des dahalo, hier vers 7h du matin. Il était accompagné de sa famille à ce moment là. Il a fallu dépêcher un hélicoptère jusqu’à cet endroit pour le chercher et le transporter d’urgence à la capitale.

La famille de ce gendarme vient de passer ses vacances à Ankavandra et il allait justement la ramener à Tsiroanomandidy quand ils ont été piégés en cours de route. Ils étaient à bord d’un camion qui roulait en caravane avec deux autres. Leur véhicule se trouvait le plus en arrière et aurait facilement été attaqué par les dahalo composés d’une dizaine d’hommes armés. Ceux-ci ont directement ouvert le feu en ciblant particulièrement cet élément des forces de l’ordre. Ce guet-apens a été tendu seulement à cinq kilomètres du village, d’après les explications reçues.

Règlement de compte

Ce CB est, lui aussi, équipé de son fusil d’assaut et a rapidement riposté. Face à ses répliques, les malfaiteurs n’ont pas pu beaucoup approcher du poids lourd. L’un d’eux s’est également vu passer par les armes et est décédé. Dans ce déluge de tirs, le sous-officier a, malheureusement, été frappé par des projectiles, à la tête, aux bras et aux pieds. Les criminels n’ont toutefois rien volé sur lui et les autres passagers. Ils sont repartis après l’affrontement, selon les témoignages des habitants d’Ankavandra.

« Dans la foulée, la victime a été reconduite au village pour être soignée. En même temps, l’hélicoptère a été demandé de venir pour le sauver », rapportent-ils. En début d’après-midi, l’appareil est arrivé sur place.

« Les auteurs du crime auraient été dirigés par un présumé grand chef de dahalo, proche d’un élu local. Ce qui s’est produit pourrait s’agir d’un règlement de compte », selon une source à la gendarmerie informée de cette affaire.
« Le caïd en question aurait déjà prévenu, une fois, les villageois, qu’il tuera un des gendarmes d’Anka­vandra, surtout le CB. Ce bandit avait fait l’objet de deux dossiers judiciaires. Il a abattu une personne le 30 août dernier », poursuit le même interlocuteur. Le secrétariat d’État chargé de la Gendarmerie nationale est déjà avisé de ce qui est arrivé à ce sous-officier.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter