A la une Faits divers

Ampefiloha – Un homme volé et exécuté de deux balles

Un propriétaire de cash point a été attaqué et abattu de deux balles par quatre braqueurs, hier matin, à Ampefiloha. Personne n’a osé intervenir.

Trop cruelle. Une scène d’attaque à main armée, faisant victime un propriétaire de cash point, s’est produite hier vers 7h, à Ampefiloha, près du chemin de fer. Deux coups de feu tirés par un gang de quatre individus ont coûté la vie à cette personne d’une quarantaine d’années. Celle-ci a été touchée au bras et à la poitrine, selon les témoignages de Tiana, la femme qui était avec elle au moment des faits.

« J’étais en train d’ouvrir la porte de notre agence, tandis qu’il sortait encore un sac du coffre de notre moto. Tout d’un coup, j’ai entendu deux fortes explosions et cru que c’étaient des roues crevées. De plus, des gens à côté y ont également pensé », décrit-elle. « Très peu de temps après, j’étais absolument terrifiée lorsque mon compagnon s’est aplati et mû pour attraper ma jambe, tout en appelant au secours. Je me suis directement rendue compte qu’il a été attaqué et touché par balle », déplore Tiana étant marquée au fer rouge.

D’après les témoignages recueillis sur place, les quatre brigands ont opéré à visage découvert. « Ils se sont emparés du sac contenant un montant de 450 000 ariary et six téléphones », explique la femme. « En possession du butin, les criminels sont repartis comme si de rien n’était », relate un commerçant du quartier.

À visage découvert

Il y a avait déjà beaucoup de passants sur les lieux à cette heure-là, mais personne n’a osé prendre le risque de capturer les malfaiteurs. « Ces derniers ont rangé leur arme et quitté l’endroit en marchant très lentement », affirme un autre témoin oculaire de la scène.

« Ce qui semble bizarre, c’est que d’habitude, deux policiers sont présents ici pour la circulation dès le lever du jour, cette fois, ils n’étaient pas là », souligne Tiana. À l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA), elle a entendu parler de l’arrestation de deux des braqueurs. Ce qui n’a pas encore été confirmé par la brigade criminelle (BC) jointe au téléphone par une collègue.

Le quadragénaire a succombé en cours d’évacuation vers le service des urgences. Sa dépouille a été directement acheminée à la chambre mortuaire où une autopsie devait être pratiquée avant que la famille ne la récupère. Les investigations de la BC continuent à prendre en chasse les bandits.