SOCIÉTÉ CIVILE - Quarante-et-une OSC somme la HCC de revenir sur sa décision


Si le 14 septembre dernier, ils étaient au nombre de trente-deux pour faire une déclaration, hier quarante-et-une Organisation de la société civile ont tenu une conférence de presse à Ambatonakanga, pour demander à la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) de revenir sur sa décision d'avoir donné le pouvoir au gouvernement collégial au lieu de nommer Herimanana Razafi­mahefa, président du Sénat, chef d'État par intérim jusqu'à l'arrivée d'un nouveau président élu au mois de janvier prochain. Ces OSC soutiennent le fait que la Haute Cour a mal interprété la constitution sur ce coup puisqu'il ne fallait pas appliquer l'article 52 sur le cas du président du Sénat mais plutôt l'article 46, vu que ce dernier n'est pas candidat à l'élection présidentielle. Ces OSC appellent aussi toutes les forces vives du pays à rejoindre leurs causes car pour eux, « se taire équivaut à la complicité », donc ils vont dire ce qu'ils pensent pour le bien du pays. La société civile ne cache pas non plus ses craintes sur les risques de crise électorale si on ne revient pas tout de suite dans l'État de droit, dans le respect de la constitution et des textes en vigueur. Le message véhiculé par la Haute Cour Constitution­nelle en est tout autre car pour les magistrats la composant, la Cour est en toute légalité dans ses décisions, surtout sur le fait d'avoir donné le pouvoir au gouvernement collégial, vu que l'incapacité du président du Sénat à exercer ce pouvoir est constatée après qu'il ait envoyé une lettre déclarant sa renonciation à la HCC le 8 septembre dernier. Il est tout aussi important de se rappeler que les décisions prises par la Haute Cour sont irrévocables et il est sûr que ces OSC en sont conscientes mais ce qui est étonnant c'est qu'ils insistent quand même pour que la HCC revienne sur sa décision.
Plus récente Plus ancienne