Accueil » Economie » Entrepreneuriat – Des chaussures malgaches percent le marché
Economie

Entrepreneuriat – Des chaussures malgaches percent le marché

Mirana Tavernier Fanjely a créé sa propre ligne de chaussures.

Le « hand-made » malgache de chaussures de luxe crée le buzz sur la toile et perce un marché prometteur dans le pays. Les escarpins sont les plus prisés.

Des modèles qui rappellent les San Marina ou les Minelli, les chaussures de luxe conçues par Mirana Tavernier Fanjely sont très appréciées sur la toile. Depuis seulement deux mois, la marque « Soashoes by Mirana» s’écoule à grands pas sur le marché du luxe à Madagascar. « L’idée de créer une marque de chaussures de luxe est venue avec la vente en ligne de chaussures que j’ai importées d’Espagne ou d’Allemagne. Des chaussures que d’autres concurrents malgaches sur la toile n’ont pas. La vente en ligne de produits importés et surtout de chaussures a fait son bonhomme de chemin en trois ans et a réussi à percer la clientèle que j’ai envisagée. Une clientèle qui apprécie la qualité.J’ai donc décidé de trouver une niche de vente de chaussures de luxe en créant ma propre marque et vendre sur le créneau fidèle que j’avais déjà. » explique Mirana Tavernier Fanjely, propriétaire de la marque. Soixante dix-paires ont déjà été commandées depuis ces deux derniers mois.

Les commentaires sur la qualité des produits fusent sur la page facebook de la marque. « C’est joli et d’une qualité remarquable quoique le prix est un peu élevé. » disent les uns. « Cela vaut le coût et du moment qu’elles aient une touche malgache. » commentent les autres. Le « made in Madagascar » surprend les clients.

Mirana T. Fanjely dessine les prototypes pour les laisser au bon soin des chausseurs. « J’ai contracté avec des experts en la matière pour fabriquer les chaussures. J’ai d’abord contacté des chausseurs Malgaches mais on ne s’est pas convenu vu qu’ils demandent à réutiliser et exploiter mes modèles. Je me suis tournée vers des chausseurs Italiens, mais pour le moment, trop cher, avec 500 euros exigés par prototype et 120 euros par paire de modèles conçus.» détaille l’entrepreneure qui vit actuellement en France.

Qualité

Elle s’est alors tournée vers des spécialistes Roumains qui lui fournissent du cuir fait main et qui confectionnent les modèles à un coût plus raisonnable. « Une paire se réalise en une semaine et non en 24h, comme ce que font les fabriques de chaussures habituelles, vu la qualité recherchée.» apprend l’interlocutrice.

Les chaussures partent de Roumanie pour la France. Et de France à Madagascar pour arriver aux clients. Une paire de chaussures coûte en moyenne six cent mille ariary. « Ma clientèle semble satisfaite jusqu’ici et ne négocie pas trop les prix. Je la remercie d’apprécier les produits d’une marque malgache. » se félicite-t-elle.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi