A la une Faits divers

Rapt et sacrifice de bébé : Trois morts à Andranomanelatra

Trois milices de l’autodéfense villageoise ont tenté d’enlever un nourrisson. Ils ont poignardé un homme avant que l’un d’eux ne se fasse lyncher à mort.

Enlèvement de bébé, meurtre et double lynchage à mort à Andrambiazina Andrano­manelatra jeudi en début de soirée. Le bilan a fait état de trois morts et d’un blessé grave.

Ces scènes de violences, se sont produites lorsque trois Zazamainty (NDLR: milices du pacte d’autodéfense villageoise) de Betafo ont rôdé dans la partie d’Andranomanelatra pour enlever un nourrisson de six mois. Les informations communiquées révèlent que le trio a arraché le bébé à ses parents afin de le sacrifier. Un sorcier devait, ensuite, l’offrir en offrande en contre partie d’un pouvoir surnaturel susceptible de protéger des balles, qu’il allait ensuite transférer aux trois Zazamainty par le port d’amulette ou par la détention d’autres grigris.

Jeudi après-midi aux alentours de 17h30, le petit garçon revenait des champs avec sa famille lorsque les trois Zazamainty, munis d’armes blanches, l’ont tiré par la force sur le dos de sa mère. Désemparée, cette dernière a poussé des cris et appelé à l’aide. Sur ces entrefaites, le père du bébé a opposé de la résistance mais l’un des ravisseurs lui, a aussitôt, asséné un coup de sabre au bras.

Colère
Sérieusement touché, il n’a pas pu tenir tête aux kidnappeurs. Emportés par la panique, ces derniers ont, pour leur part, fait la malle. L’alerte ayant été donnée par la famille prise pour cible, les fuyards ont été très vite pris en chasse par le fokonolona ainsi que les riverains. Pendant leur fuite, les malfaiteurs ont poignardé un villageois qui a tenté de les arrêter. Celui-ci a été tué sur le coup lorsqu’une lame, plantée en plein dans son ventre est sorti par son dos après avoir traversé de part en part ses organes vitaux. Après le meurtre, les trois individus ont continué leur fuite.

Entre-temps, les actes qu’ils ont commis avaient déjà fait le tour des environs et a nourri la colère de la foule. En quelques dizaines de minutes, les rangs des personnes lancées à leurs trousses se sont gonflés.
Du coup, ils ont été suivis à la trace par une cohue d’individus en furie, se chiffrant par centaines. Sur leur chemin, les habitants des villages par où ils sont passés les ont chargés à chaque fois. Face aux poursuivants en surnombre, les armes qu’ils avaient en leur possession ne leur étaient plus d’aucune utilité.

Appréhendés, deux des ravisseurs ont été battus à mort par le fokonolona. Leur troisième compère a, pour sa part, réussi à semer ses poursuivants et a pris une autre direction, profitant de la tombée de la nuit. Les gendarmes du poste avancé d’Andranomanelatra n’ont été informés qu’aux alentours de 20h30. Les corps sans vie des deux Zazamainty les attendaient à leur arrivée sur les lieux. Les défunts sont âgés d’une quarantaine d’années.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • 40 ans est l’âge du passage de l’adulte en voie d’expérience à l’âge de la raison. Ce passage est marqué par un aménagement mental qui réussit avec confiance ou qui se suicide avec panique.
    Entre 35 ans et 45 ans c’est l’ébullition des neurones pour ceux qui n’ont pas connu avant cette tranche d’âge suffisamment de bagages intellectuels et d’expériences mûres.