Accueil » A la une » Fonds vert pour le climat – Collaboration avec le secteur privé
A la une Economie

Fonds vert pour le climat – Collaboration avec le secteur privé

Il  s’agit  pour  le  secteur  privé  de  coordonner  au mieux  les  actions  environnementales.

Dix-neuf milliards de dollars des Nations Unies destinés à l’environnement, pour cette année, attendent l’intervention du secteur privé.

Accréditation nationale. C’est l’objectif que se fixe les autorités à travers l’initiative de lancement du programme de mise en place des dispositifs pour collaborer efficacement avec le Fonds Vert pour le Climat (FVC). Ce fonds a été mis en place dans le cadre de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC). Il représente à ce jour le fonds climatique mondial le plus important, avec un portefeuille total de financement s’élevant à dix neuf milliards de dollars pour cette année.

« La collaboration avec le secteur privé constitue un élément déterminant du Fonds et occupe un aspect transversal de toutes ses opérations en matière d’accréditation, de développement et de gestion de portefeuille. En effet, le FVC vise à promouvoir un changement de paradigme en faveur des pays en voie de développement à faible émission de carbone et résilients aux changements climatiques » soutient un responsable du programme.

Selon ce dernier, cette étape préparatoire, également appelée « Readiness Program » est mise en œuvre avec l’appui du Programme des Nations Unies pour l’Environnement et doit aboutir à la validation d’un « Pro­gramme Pays » d’ici janvier 2021. Ce Programme Pays structurera les projets et programmes prioritaires de Madagascar en matière de lutte contre les changements climatiques. Ainsi, des ateliers de consultation et des sessions de table ronde sont actuellement en phase de gestation par l’AND.

Dialogue

Ces consultations visent à initier un dialogue continu et durable entre toutes les parties prenantes clés, recueillir les idées de projets soutenables et pré-identifier les entités publiques et privées qui pourraient être éligibles au processus d’accréditation nationale. La nomination des futures entités accréditées est une condition nécessaire à l’accès direct du pays au FVC.

La mise en place de ces entités nationales accréditées permettra au pays d’accéder directement aux financements du FVC sans passer par d’autres structures internationales intermédiaires. À terme, ce seront les entités nationales accréditées qui auront pour rôle de procéder à la structuration des projets, de veiller au respect de l’appropriation nationale et de rendre compte des réalisations aussi bien au gouvernement malgache qu’au FVC.

L’appel à manifestation d’intérêt pour la constitution d’une liste restreinte, en vue de l’accréditation d’entités nationales, sera lancé ce mois de septembre.La mise en œuvre du Readiness Program est sous la coordination de l’Autorité Nationale Désignée (AND) qui, pour le cas de Madagascar, est sous l’égide du Bureau National des Changements Climatiques, du Carbone et de la Réduction des Emissions dues à la Déforestation et à la Dégradation des Forêts.

L’AND tient le rôle de coordinateur national et de point focal direct entre le Secrétariat International du FVC et toutes les parties prenantes nationales et internationales. Elle a également comme obligation de s’assurer que les projets proposés au FVC répondent aux priorités établies par les stratégies nationales de lutte contre les changements climatiques.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi