A la une Faits divers

Trafic de bois de rose : Saisie de rondins et double arrestation

Dissimulés dans une propriété, cinquante-neuf rondins de bois de rose ont été portés au grand-jour. Deux personnes seront traduites, ce jour, devant le parquet.

Belle prise des forces de la gendarmerie à Fenerive-Est. Vendredi après-midi, les éléments de la compagnie territoriale ont mis la main sur cinquante-neuf rondins de bois de rose. Le produit forestier saisi a été dissimulé dans une propriété jouxtant un cours d’eau à Amorindrano Vohilengo, une commune rurale située à 29 kilomètres du chef-lieu du district de Fenerive-Est. Une partie des rondins étaient enterrée. Le reste était, en revanche, à découvert.

Deux suspects ont été arrêtés, dont un homme âgé d’environ trente-cinq ans, propriétaire du domaine théâtre de la saisie. Une quadragénaire a été mise dans le même sac que lui. Cette dernière a été identifiée comme étant la propriétaire des rondins porté s au grand jour.

Incriminés pour détention de stock non déclaré de bois de rose, ils devraient comparaître ce jour devant le parquet près tribunal de première instance à Fenerive-Est.

Patrouille

Samedi, une délégation de l’Organe Mixte de Conception (OMC) du district a fait une descente sur place pour faire un constat et inventorier dans la foulée les rondins saisis. La compagnie territoriale de la gendarmerie nationale à Fenerive-Est a mis en place un dispositif de patrouille qui s’étend jusqu’aux localités en fouies dans les brousses.

Mise au parfum de l’existence des cinquante-neuf rondins, elle a déployé des gendarmes sur les rives du cours d’eau d’Amorondrano Vohilengo, où le bois de rose a été retrouvé. La cache de bois de rose semblait déserte à  leur arrivée mais il s’est avéré que les personnes qui se trouvent derrière cette affaire s’y rendent intempestivement.

Après que le pot-aux-roses ait été découvert, les rondins ont été transportés jusqu’à la ville de Fenerive-Est pour être placés en lieu sûr dans le camp militaire de la deuxième BLIG.

D’environ 15 centimètres de diamètre, les rondins mis à nu mesurent entre 1m 15 et 2m 19. L’investigation de la gendarmerie nationale ba t son plein. Une enquête est ouverte pour remonter de fil en aiguille jusqu’aux autres personnes susceptibles d’être mouillées dans la filière.

Les limiers recueillent dans la foulée des indices permettant de remonter petit à petit jusqu’à la provenance du bois précieux et de faire la lumière sur l’ensemble du circuit.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter