EXAMEN - Une surveillante traite l’épreuve en faveur d’un candidat


Les fraudes entachent l’examen du baccalauréat, session 2023. Des surveillants et des responsables de centres d’examen sont accusés de complicité. Du business. Des candidats à l’examen du baccalauréat, inscrits à Antananarivo-ville, dénoncent des tentatives de fraude dans leurs centres d’examen, durant les deux premiers jours des épreuves. « Ils ont été surpris avec un téléphone dans la salle d’examen. Ils avaient l’intention de tricher avec. Les surveillants ont confisqué leur appareil. À la fin des épreuves, environ six candidats ont rejoint un homme, dans la cour, pour récupérer leur téléphone. Je ne sais pas s’il s’agit du chef de centre ou de son adjoint. Mais en tout cas, ce n’était pas un surveillant. Ils ont négocié le prix. L’homme leur a proposé jusqu’à 200 000 ariary pour les épargner un procès-verbal (PV) », nous livre un candidat, hier. Dans un autre centre d’examen à Antananarivo-ville, des candidats ne se seraient pas gênés à demander à leurs jeunes surveillants, des étudiants de l’université d’Antananarivo, de les couvrir. Ils ont consulté leur téléphone, qui, pourtant, est interdit dans une salle d’examen. Ils ont fait circuler les intercalaires, sous les regards impuissants des surveillants qui avaient à peu près le même âge qu’eux. Car avec l’insuffisance des surveillants, des étudiants de la première année, ont été recrutés pour assurer la surveillance.

Fouille intégrale

À Ampitatafika, une surveillante a été prise en flagrant délit, traiter le sujet d’anglais, à la place des candidats, le lundi après-midi. Elle a été renvoyée du centre d’examen et a été arrêtée. Elle a été libérée et attend sa convocation. Les fraudes et les tentatives de fraude ont gagné du terrain, en cette session du baccalauréat 2023, dans tout Madagascar. Des cas ont été, également, signalés à Maromandia, dans la région Sofia, à Antsiranana, à Antalaha, à Sambava, à Andapa, pendant les épreuves de Philosophie, d’Anglais. À Antsiranana, un candidat a sauté de la fenêtre de la salle d’examen, une fois, découvert. Ces fraudes n’auraient pas de lien avec le manque d’effectif des surveillants, et l’obligation de recruter des étudiants pour assurer les tâches. « Lorsqu’on est sévère, les fraudes ne devraient pas avoir lieu, même avec un seul surveillant. », note le directeur des examens nationaux, Dr Harinaivo Hajasoa Ralaivao. Au niveau de la direction des examens nationaux, des mesures ont été prises pour prévenir les fraudes, depuis hier matin. « Fouille intégrale, à l’entrée. », selon les instructions reçues par les chefs de centre.
Plus récente Plus ancienne