Accueil » A la une » Grève des étudiants à Toliara – Le gouvernement soupçonne une déstabilisation
A la une Politique

Grève des étudiants à Toliara – Le gouvernement soupçonne une déstabilisation

Toliara étant toujours en effervescence hier.

L’Exécutif compte reprendre en main la situation à l’université de Toliara. À entendre les différentes interventions d’hier, il prend au sérieux la thèse d’une tentative de déstabilisation politique.

De fortes suspicions de déstabilisation. C’est Lala­tiana Rakotondrazafy Andria­tongarivo, ministre de la Communication et de la culture et porte-parole du gouvernement, qui a lâché l’in­formation dans l’émission hebdomadaire « Tsy ho tompontrano mihono », sur la Radio Madagasikara (RNM), hier.

« Nous sommes tentés de dire que des courants politiques malintentionnés aient pu s’infiltrer dans le mouvement des étudiants de l’université de Toliara », déclare la porte-parole du gouvernement. À l’entendre, l’Exécutif considérerait sérieusement la thèse d’une tentative de déstabilisation politique derrière les manifestations estudiantines qui ont agité la capitale de la région Atsimo Andrefana cette semaine.

Face aux députés, hier, le général Richard Ravalo­manana, secrétaire d’État à la gendarmerie nationale, a également, touché mot au sujet de la grève des étudiants de Maninday, à Toliara. « L’enquête est en cours. Parmi les raisons de cette manifestation, il y a la politique. Il y a, aussi, l’antipathie envers une personne », indique le membre du gouvernement, lors de la présentation du rapport d’activité de son département à l’Assemblée nationale.

Un décès, une personne blessée par balle et d’autres cas de blessures sont recensés dans le bilan des manifestations des étudiants de l’université de Toliara. Il y a, également, l’incendie d’un bâtiment et d’un commerce dans la cité des professeurs.

Renseignements

Les responsables de l’université affirment que la personne décédée n’est pas un étudiant. Un point souligné par le général Ravalo­manana devant les députés.

Le jeune homme blessé par balle, quant à lui est bien un étudiant de l’université de Maninday. Il aurait été blessé lors d’une incursion des éléments des Forces de défense et de sécurité (FDS), dans le campus, après que la franchise universitaire ait été levée, jeudi. Seulement, les responsables des FDS, ont attesté à la presse qu’ils n’ont pas utilisé d’arme, encore moins de balle réelle.

Au départ, la grève des étudiants de Maninday a eu pour but de revendiquer du paiement des bourses d’études. Selon une source sur place, les meneurs seraient, actuellement, en désaccord, quant à la tournure prise par les événements. Après les incendies dans la cité des professeurs, ils seraient, actuellement, recherchés. Aucun d’entre eux n’aurait été aperçu dans le campus, hier.

La confusion dans la tournure prise par les manifestations estudiantines semble suffire au gouvernement pour le conforter dans sa thèse. Si le secrétaire d’État à la gendarmerie nationale semble, toutefois, prudent en parlant d’enquête. La ministre de la Commu­nication et de la culture est, toutefois, plus tranchée sur le sujet. Sur le plateau de la RNM, elle affirme que les renseignements rapportent « des flux inhabituels de transfert d’argent par mobile banking, vers Toliara et d’autres chefs lieux de province où il y a des universités ».

La porte-parole fait le rapprochement avec des faits passés et soutient, « à la veille de la fête nationale, il y a toujours des tentatives de déstabilisation ». Elle pointe ouvertement du doigt « l’opposition », sans toutefois, préciser à quel opposant fait-elle référence. « Un groupe d’individus issus des rangs de l’opposition à Antananarivo, sont en train de joindre les régions », ajoute-t-elle.

La ministre de la Commu­nication soutient, par ailleurs, que « l’État est vigilant et prend déjà ses précautions ». À l’entendre, le sujet a été au centre d’une réunion par visioconférence conduite par le président de la République, jeudi. Le Premier ministre, la porte-parole du gouvernement, la ministre de l’Enseignement supérieur et les représentants des FDS au sein du gouvernement, y auraient pris part.

Le paiement de trois mois de bourse d’étude est une des décisions prises durant cette réunion. Le calendrier du paiement des allocations mensuelles des étudiants de Maninday a été publié, hier. Un acte qui, semble-t-il, a apaisé la tension. La journée d’hier a été calme, selon les sources locales.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter