Accueil » Actualités » Comores – Le vice-président Djaffar se désolidarise d’Azali
Actualités Océan indien

Comores – Le vice-président Djaffar se désolidarise d’Azali

Le président des Comores, Azali Assoumani, lors de sa cérémonie d'investiture, le 26 mai 2016.

Le vice président n’approuve plus le décret du président Azali. Cela a provoqué un tollé auprès de la mouvance présidentielle de sa région .

À six semaines du référendum visant à changer la Constitution du pays, le vice-président Djaffar a
déclaré ce week-end que ce projet ne suivait pas les voies légales, puisque la Cour suprême s’est vue transférer provisoirement les compétences de la Cour constitutionnelle, il y a déjà plusieurs semaines.
La sortie du vice-président Ahmed Saïd Djaffar est perçue comme un vrai pavé dans la mare. Léger camouflet pour les uns, soutien de taille pour les autres.
L’union de l’opposition se réjouit que le vice-président appelle la population à refuser la dérive dangereuse du pouvoir.
Selon celui qui était, jusqu’à son élection il y a deux ans, le juge Djaffar, la loi a été piétinée avec la suspension de l’arbitre de tout processus électoral.
Pourtant, il y a deux mois, à la publication du décret du président Azali sur le transfert des compétences de la Cour constitutionnelle à la Cour suprême, le vice-président n’avait pas protesté, arguant simplement que c’était reculer pour mieux sauter.
Changement de cap ce week-end puisqu’il s’exprimait lors d’un rassemblement organisé par le gouverneur de l’île de Grande Comore, en rupture lui-même avec la politique du président Azali depuis plusieurs semaines.
De son côté, la présidence n’a, pour l’instant, pas commenté la prise de position du vice-président Djaffar.

© Rfi

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter