Accueil » Régions » Vol d’un tricycle – Le conducteur arrêté à Ambondromamy
Régions

Vol d’un tricycle – Le conducteur arrêté à Ambondromamy

Le  bajaj  volé  est  retrouvé  intact  à  Ambondromamy.

Les vols de bajajs sont devenus le lot quotidien des habitants de Mahajanga depuis quelques années. Un bajaj de marque Piaggio&, type phase 3, immatriculation 9260MD, a disparu depuis le jeudi 12 mai. Le conducteur n’est pas venu verser les recettes jeudi matin à 4 heures, comme à son habitude.

Le conducteur et le tricycle ont été retrouvés dimanche soir, à Ambondromamy, 165 km de Mahajanga, avec sa petite amie. Les éléments de la Police nationale ont débarqué très tôt, vers 4 heures, dans la maison où il habitait. Il a été surpris avec sa petite amie dans son lit. Le bajaj était caché à l’extérieur.

« J’étais venu à son domicile, mais il a quitté sa maison depuis un mois car il n’a pas payé son loyer. Il a changé d’habitation. J’ai immédiatement déposé une plainte auprès de la police. Le conducteur a quitté Mahajanga ce jeudi vers 16 heures pour s’enfuir vers Ambondromamy. Les éléments de la police nationale du commissariat du 3e arrondissement ont alors commencé à effectuer les recherches », explique Arnaud Razafindrabe, président de la ligue régionale de basketball de Boeny, propriétaire du taxi-moto.

D’après la chef de la section de la police nationale du 3e arrondissement, Nirinarisoa Rabefelana, les conducteurs et chauffeurs de ces tricycles sont complices des voleurs de bajajs à Mahajanga, dans la majorité des cas. « Nous acceptons de garder le secret pour tout renseignement complémentaire sur ces séries de vols de bajaj à Mahajanga. Les propriétaires doivent faire preuve de prudence vis-à-vis de leurs conducteurs », prévient-elle.

Les tricycles volés sont conduits loin de la ville où les voleurs les réduisent en pièces détachées.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter