Accueil » A la une » Judo – Election UAJ : Siteny Randrianasoloniaiko au sommet de l’Afrique
A la une Sport

Judo – Election UAJ : Siteny Randrianasoloniaiko au sommet de l’Afrique

Siteny  Randrianasoloniaiko,  nouveau  patron de  l’Union  africaine  de  judo.

L’actuel président de la Fédération malgache de judo, Siteny Randrianasoloniaiko a été élu président de l’Union africaine de judo. L’élection s’est tenue hier à Dakar.

Ivre de bonheur. Une bonne nouvelle pour le monde du sport malgache en général et du judo en particulier. Siteny Thierry Randria­nasoloniaiko est le deuxième Malgache à présider une instance continentale, après Ahmad, élu à la tête de la Confédération africaine de football en 2017. À 19 heures, heures malgaches, le président en exercice de la Fédération malgache de judo (FMJ) et président également du Comité olympique malgache (COM), Siteny Randrianasoloniaiko, a été élu et proclamé nouveau président de l’Union africaine de judo pour le prochain mandat olympique de quatre ans.

L’assemblée générale ordinaire de l’UAJ, suivie des élections des membres du comité exécutif, se sont déroulées hier à l’Hôtel Saly Princess de Dakar, capitale sénégalaise. C’était une victoire écrasante car il l’a remporté sur le score sans appel de 42 voix contre 9 sur son challenger, le Tchadien Abakar Djermah Aumi, lui aussi président du comité olympique tchadien. Siteny R. succède ainsi au président sortant Habib Sissoko après un mandat de quatre ans.

Dans son premier discours en tant que nouveau président de l’UAJ, Siteny Randrianasoloniako a remercié l’équipe sortante, la Fédération sénégalaise, hôte de l’événement, ainsi que tous les présidents des fédérations nationales.

Pas compatible

«J’ai besoin de vous tous et de vos soutiens pour pouvoir réaliser ensemble les challenges et projets de développement du judo en Afrique. Il faut que nous soyons solidaires et dynamiques pour réussir ensemble » a-t-il exprimé dans son allocution.

Le nouveau patron de l’UAJ a gravi tous les échelons, athlète et multiple champion national dans sa jeunesse pour devenir plus tard entraîneur national. Ce député de Madagascar, élu à Toliara I, avait été élu président de la Fédération malgache de judo en 2009, puis il décrocha le fauteuil du président du COM en 2011. «Il occupe pour l’heure le poste de président de la Fédération malgache de judo car le statut n’a pas prévu ce cas. De toute manière, nous procéderons bientôt à l’élection » explique le secrétaire général de la Fédération, Saïd Bruno Eric.

De même pour son poste à la tête du comité national olympique, selon les explications du secrétaire général du COM, Harinelina Jean Alex Randriamanarivo. Par contre, son statut de député n’est pas compatible avec un autre mandat électif car il n’est pas bénévole à la présidence de l’UAJ.

2 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Tout comme le président de la FMF en fuite et l’ancien président de la CAF , on n’omettra jamais de marteler que c’est une race de malfrats et magouilleurs de haut vol . Cet élu de l’UAJ ne brille pas d’une intégrité morale et d’une éthique politico-sportive irréprochables .Il suffit de voir le cheminement de sa carrière et son parcours dans le monde de la politique . La presse peu scrupuleuse des considérations de la notion de valeur se noie dans le sensationnel et entretient un chauvinisme peu glorieux . Bien d’autres personnages peu fréquentables et controversés sont bien arrivés à leur fin sans émouvoir la bien-pensance . Gardez pour vous cet individu qui mange à tous les râteliers et on n’a pas lieu à s’extasier sur l’issue d’une élection loin d’honorer un cursus émaillé de fraudes et de petites combines .

    • L’exemple du foot-ball au niveau national et africain aurait dû freiner les ardeurs du responsable du Comite Olympique Malgache qui ne fut pas irréprochable quant à la gestion des activités « olympiques » A Madagascar.
      Les sportifs malgaches méritent mieux, beaucoup mieux que des dirigeants douteux.