A la une Social

État d’urgence sanitaire – Lancement du projet de redressement de l’éducation

La  ministre  Rijasoa  Andriamanana  Josoa  aux  côtés des  élèves  de  l’EPP  de  Belobaka.

L’éducation n’est pas épargnée par les conséquences de l’état d’urgence sanitaire. Le ministère de l’Éducation nationale a distribué des livres aux élèves des classes d’examen.

Le lancement du redressement a démarré à Mahajanga. Pour la première fois dans les annales de l’Éducation Nationale, un ministre a rendu visite à l’EPP et CEG de Belobaka, Cisco du district de Mahajanga 2, dans la zone 3, samedi matin. La ministre de l’Éducation nationale et de l’enseignement technique Rijasoa Andriamanana Josoa a effectué sa première apparition à Mahajanga après sa nomination, il y a quelques mois.

Elle n’était pas venue les mains vides car elle a distribué des livres de contes « Angano sy kolontsaina » en malgache, aux élèves de la classe de 7ème, qui préparent l’examen du CEPE. Les ouvrages sont édités avec la coopération de l’ambassade du Corée du Sud et sont des contes « Angano et Kolotsaina » en langue malgache. « L’éducation à Madagascar est malade. Il faut la soigner et j’appelle à une solidarité pour redresser le niveau scolaire dans le pays. La collaboration de tout le monde dont les enseignants est le dernier espoir. Vous ne devez plus simplement enseigner ou apprendre mais rechercher l’excellence. Je milite pour vous et je suis avec vous les enseignants. L’enseignement c’est apprendre aux élèves comment appliquer la théorie dans la vie quotidienne. L’éducation doit changer. Le président de la République m’a fait confiance pour diriger ce département, j’ai eu mon diplôme de Master et aussi un doctorat. Je suis là pour faire avancer mon pays et le développer, c’est dans ce but que je suis rentrée à Madagascar. Ces ouvrages consistent à redonner de la valeur à la culture malgache par l’angano », a déclaré la ministre dans son allocution.

Dons de livres

Elle a ainsi repris pendant quelques minutes son rôle de prof d’anglais et de français et elle a aussi fait la lecture à des élèves de la T5. Aux élèves de la Classe de terminale à Antanimalandy, Rijasoa Andriamanana Josoa a dirigé une séance d’apprentissage par la méthode participative tiré d’un texte dans le livre de français, offerts aux élèves et portant sur le titre « Les forêts du monde malade à cause de l’homme ».

Par ailleurs, les élèves des collèges ou CEG dont celui de Belobaka ont également reçu des livres d’auto-apprentissage pour les classes de 6ème jusqu’en 4ème, pour les matières malgaches et français, et pour les classes de 3ème, des livres sur toutes les matières. Les classes Terminales ont reçu des livres de Français. Dix EPP dans les régions Boeny et Sofia bénéficient de ces dons de 55 livres par classe. Les autres écoles primaires et collèges dans toute l’île recevront aussi les mêmes ouvrages.

L’Unicef a participé à l’action de don de livres pour les écoles secondaires à Madagascar. La distribution de livres remonte à longtemps à Madagascar, la culture de l’oral par la lecture est l’un des objectifs de cette action du ministère. Par ailleurs, la ministre de l’Éducation nationale a rencontré les directeurs et chefs d’établissements scolaires privés ainsi que les enseignants dimanche matin au collège Saint-Gabriel.

Le problème du paiement d’écolage des deux mois d’arrêt des cours était le point d’orgue de la discussion. « L’État a besoin d’un budget de 27 milliards pour subventionner les 27 000 enseignants des écoles privées. Ce n’est pas possible, il faut qu’ils trouvent une entente. Un dialogue est nécessaire. La facilité de paiement, pendant trois mois est une solution pour une mensualité. C’est à eux de s’arranger pour résoudre le problème », a ajouté encore la ministre.