Accueil » Social » Traçabilité des zébus – Deux cent mille boucles fin prêtes
Social

Traçabilité des zébus – Deux cent mille boucles fin prêtes

Malgré la montée en puissance de la fièvre de la vallée du Rift, ayant tué six cent vingt-quatre zébus jusqu’ici et touché prés de deux mille têtes de bétail, le ministère de l’Élevage avance dans son projet d’identification et de traçabilité des bovidés. Le département commencera par la mise en place de boucles d’oreilles électroniques. « Le bouclage infalsifiable des zébus permettra entre autres de faire leur suivi et leur contrôle sanitaire. Cette résurgence de la maladie du bétail est conditionnée par le manque de suivi sanitaire, de leur vaccination. D’autres facteurs tels que le climat chaud, l’humidité et les moustiques favorisent le développement de la fièvre de la vallée du Rift » explique Lucien Ranarivelo, ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche. Deux-cent mille boucles électroniques infalsifiables sont ainsi prêtes à rejoindre les zones pilotes d’identification et de traçabilité des zébus. Le système d’exploitation pour l’enregistrement de la base de données et les outils d’identification sont également déjà acquis, d’après les précisions du directeur général de l’Élevage, Tsiry Andria­ma­hatola Lezoma dernièrement. Une première opération de bouclage se tiendra dans les régions Androy et Anosy. Les éleveurs seront formés sur place par des médecins vétérinaires, des informaticiens et des techniciens du ministère de l’Élevage. Un dialogue interministériel ayant pour but d’impliquer tous les acteurs publics de la filière bovine (ministères de l’Élevage, de l’Inté­rieur et de la décentralisation et de la Défense nationale) e t de coordonner leurs actions, a eu lieu la semaine dernière.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter