Accueil » Social » Prévention – Les vaccins à adopter annoncés cette semaine
Social

Prévention – Les vaccins à adopter annoncés cette semaine

Le  ministre  de  la  santé  annonce  l’arrivée  des  vaccins en  juillet.

Le pays avance pas à pas dans le processus de la vaccination. Le président de la République lors de son discours à la nation hier soir, a annoncé que le comité scientifique va annoncer les noms des vaccins validés et que le pays va adopter. Ce qui contredit les propos du ministre de la Santé publique, le Pr Hani­trala Jean Louis Rakotovao. Ce dernier a indiqué, samedi, que les vaccins devraient arriver vers la mi-juillet. « Si on suit le processus normal, les vaccins devraient être disponibles vers le mois de juillet », souligne-t-il. Des processus devront être suivis pour pouvoir recevoir les commandes prévues par le pays.

Toujours selon le ministre, la procédure devrait être accélérée et le pays pourrait acquérir les vaccins en invoquant l’urgence. « Nous avons eu des échanges qui ont abouti à l’initiative de vaccination. Nous nous sommes inscrits au programme Covax, et sur ce système, il y a des démarches à suivre, des étapes à franchir, et actuellement, cela suit son cours normal.» Les vaccins devraient arriver au mois de juillet, mais le processus doit être accéléré. « Nous allons faire une demande d’urgence pour obtenir les vaccins le plus tôt possible. Nous savons tous maintenant que dans le monde, des gens sont vaccinés, d’autres ne le sont pas encore, et certains demandent à l’être et ont reçu leurs lots de vaccins, mais ils ne les ont pas encore utilisés», poursuit-il.

Mécanisme

Pourtant, la ministre de la Communication et de la culture, Lalatiana Andrian­tongarivo, lors de son intervention, le 16 avril, dans l’émission « Tsy ho tompontrano mihono », sur les chaînes nationales, a annoncé que le choix du gouvernement s’est porté sur le vaccin américain Johnson & Johnson. Elle a souligné que les procédures pour la commande de ce vaccin ont été entamées. Le fait est que certains pays comme la Grande-Bretagne, les États-Unis et l’Afrique du Sud ont cessé l’utilisation de ce vaccin en raison d’effets secondaires constatés chez certains sujets. Une coagulation du sang a été notée chez quelques individus traités avec ce vaccin.

Une confusion entoure ainsi cette histoire de vaccin. Entre les propos du Président, ceux de la ministre de la Communication et de la culture, difficile de trouver une cohérence.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Il faut se mettre à l’évidence et on l’a maintes fois répété que c’est la mauvaise foi , l’hypocrisie et l’incompétence qui guident les postures malhonnêtes de ce beau monde qui gère la crise sanitaire . En vérité ils veulent pas du vaccin pour laisser leur CVO sans preuve scientifique de son efficacité occuper le terrain mais ils sont rattrapés par la réalité avec ces chiffres gravissimes de l’épidémie et en continuant inconsciemment à s’asseoir sur tous ces morts ! Pleure mon pays …