Accueil » A la une » Massacre d’espèce menacée – Des fosa abattus et vendus à 30 000 ariary
A la une Faits divers

Massacre d’espèce menacée – Des fosa abattus et vendus à 30 000 ariary

Un autre fosa capturé, exhibé sur les réseaux sociaux.

Le massacre continue jusqu’à le dernière demeure des espèces en voie d’extinction. À Ampanantsovana, dans la région Sava, le fosa est capturé, abattu et vendu à 30 000 ariary pour sa viande.

UNE inconscience qui fait froid dans le dos. Braconnée et tuée à outrance par la population, le Fosa, une espèce en extinction, endémique de Madagascar menace plus que jamais de disparaître de la planète. Appelée Jaboady dans la variante dialectale de la région Sava, ce plus gros mammifère carnivore de la Grande île, comparé à un petit puma est vendu à 30 000 ariary dans des agglomérations de l’extrême Nord-Est, notamment dans le village d’Ampanan – tsovana, une localité desservie par la route nationale numéro 5A, reliant Sambava et Antalaha.

Pas plus tard que cette semaine des jeunes gens du coin en ont attrapé pour les vendre aux voyageurs. Il arrive également que le fosa finisse au menu des restaurants locaux. Dans les cas les plus récurrents, ces animaux censés être jalousement protégés, épousant certains caractères des félins mais aussi des hyènes, sont tués à la capture. Véloces et insaisissables à main nue ou avec de simples armes blanches, ils sont piégés puis froidement abattus à chaque prise.

Interrogée par des journalistes de passage, la population riveraine évoluant aux abords des forêts rescapées, au cœur desquelles cette espèce menacée trouve son ultime refuge, révèle qu’il ne serait pas rare qu’ils attrapent des fosa, ou encore Jaboady selon l’appellation locale.

Impunité

À entendre ces habitants, ils ne réalisent point l’inestimable valeur de cette richesse unique que représente les fosa faute de communication et de sensibilisation. Du coup, le massacre semble continuer de plus belle. En toute impunité, ces crimes contre l’environnement sont de surcroît commis au nez et à la barbe des autorités.

Le fosa ou Jaboady ou encore fosa porte le nom scientifique cryptoprocte féroce. Considéré comme vulnérable par l’Union internationale pour la conservation de la nature, ses effectifs sont jugés en déclin et principalement menacés par la destruction de leur habitat. Autrefois, il était craint par certaines tribus de par leur croyance, ce qui a permis de protéger l’espèce par le tabou ou le « fady ». Néanmoins, la croyance ancestrale qui a préservé le fosa de la chasse semble s’être estompée.

Le fosa est un animal sauvage qui habite uniquement en forêt. Les adultes mesurent 70 à 80 cm de long du museau à la base de la queue, et pèsent de 5,5 à 8,6 kg. Ses griffes semi-rétractiles lui permettent de grimper et de descendre des arbres la tête en avant et de sauter d’un arbre à un autre.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Evidémment que c’est grave ! Mais l’inexactitude des termes scientifiques, de la photo et de l’article en général au niveau scientifique est témoin de l’ignorance persistante du peuple. Ça n’arrangera rien, c’est sûr. Un peu de sérieux que diable !