Region

Tabe Solofondramaro – « Discuter la refondation à l’Assemblée nationale»

Ce consultant en développement local diplômé en administration d’entreprises et en techniques bancaires, est le candidat aux législatives du parti ADN, ou Arche de la Nation, dans le district d’Ambositra.

Qu’est-ce qui justifie la nécessité d’une refondation dans le district d’Ambositra d’où vous êtes originaire ?
J’ai adhéré à l’ADN dès les premières heures. Étant fortement présent à Ambositra, ce parti veut réconcilier la population à sa terre natale. Originaire d’Ambositra et imprégné de l’utilité de la refondation, j’en suis membre depuis 2016 et j’ai bénéficié de toutes les formations qu’il a prodiguées. À travers ses actions sociales dans le district d’Ambositra, l’ADN a réussi à rallier un grand nombre de sympathisans et de partisans. Proposé justement par ces derniers pour représenter le district d’Ambositra à l’Assemblée nationale, j’ai décidé d’être candidat aux prochaines législatives. La population d’Ambositra attend un renouveau, un changement définitif. À l’occasion des législatives, elle compte soutenir le parti ADN qui a toujours été témoin des réalités et des difficultés locales. Il a des solutions et le district d’Ambositra figurera parmi les bénéficiaires.

À travers quelles actions l’ADN souhaite-t-il améliorer le quotidien de la population du district d’Ambositra ?
La refondation consiste à défendre les intérêts de la population d’une localité. Comme la sécurité est la principale
préoccupation des habitants du district d’Ambositra, le parti ADN est prêt, depuis longtemps, à mettre en œuvre le « dina », plateforme citoyenne consistant à protéger les personnes et leurs biens. Il est le seul parti à prendre en considération les besoins réels de la population. Si les habitants
souffrent de l’insécurité, il faut mettre en place le « dina » afin de protéger tout le monde et sanctionner les malfaiteurs. C’est dans cet esprit de « refondation » que le parti ADN part à la conquête de l’Assemblée nationale, avec le souhait de mettre en œuvre cette refondation par la modification de
certaines lois. Il faut les mettre en adéquation avec les besoins de la population afin de servir de réponse efficace aux problèmes sociaux. À coté de sa promotion de la solution sécuritaire, l’ADN veut promouvoir l’agriculture et l’artisanat dans le district d’Ambositra.

-Qu’est-ce que le parti ADN a déjà entrepris afin d’inculquer la refondation chez une population majoritairement composée d’agriculteurs et d’artisans ?
La refondation est proche de la réalité sociale dans le district d’Ambositra. Et représenter le peuple suppose une volonté d’appliquer une idéologie. Au profit d’une population rurale largement majoritaire, le parti ADN a offert des formations accessibles à tous pour développer l’agriculture et l’élevage. À travers plusieurs sessions, la refondation a été expliquée de fokontany en fokontany et de commune en commune. Il ne faut pas oublier que la
refondation commence à la base et la population en a besoin. Dans chaque fokontany, tout doit être orienté au profit de ses habitants. Dans tout le district d’Ambositra et également lors de ses tournées à travers le pays, le chef de file de l’ADN, Edgard Razafindravahy, a pu persuader tout le monde. L’heure est venue pour que le
district d’Ambositra ose affirmer le choix de la refondation comme base du développement. Les attentes de la population ont été écoutées, des formations ont été dispensées, et l’ADN va continuer cet accompagnement de la population en décidant de proposer des candidats aux législatives. Le district d’Ambositra attend le jour de l’élection, le 27 mai prochain, pour confirmer la désignation de son représentant, et le parti ADN a déjà accepté la proposition locale d’être représenté par une personne ayant fait ses armes au sein de l’ADN.
-Assurez-vous de pouvoir être le porte-fanion de la refondation dont l’ADN souhaite entreprendre ?
Je n’ai jamais été membre d’un parti politique avant d’adhérer à l’ADN. Le parti dirigé par Edgard Razafindravahy est pour moi l’école de la politique. Je suis originaire d’Ambositra où mes grands-parents ont déjà fait de la politique. Je suis la personne qui a eu la chance d’apprendre la politique convenable et appropriée aux Malgaches. Au sein de l’ADN, le fait de promouvoir le rapprochement des populations à leurs intérêts est le leitmotiv. Il importe d’octroyer le pouvoir à la population locale. Les élections législatives sont la meilleure occasion pour manifester la volonté réelle de représenter le peuple et de défendre ses intérêts. Je suis né dans le district d’Ambositra et j’y ai grandi. Le parti ADN m’a choisi pour être son porte-fanion en prenant en compte des sollicitations de la population. À Ambositra, la population m’a demandé si je suis prêt à mettre effectivement la refondation en place. Étant déjà un membre très connu de l’ADN dans la localité, j’ai obtenu l’accord du chef de file du parti, Edgard Razafindravahy. C’est le moment, pour mon parti, de défendre les intérêts de la population rurale en quête de refondation. Je suis fils d’agriculteur et les difficultés, ainsi que les atouts d’une population rurale, ne me sont ni nouvelles ni inconnues. Il faut d’ailleurs quelqu’un qui comprend au mieux les maux de la population et qui est prêt à apporter une véritable refondatio. Représenter le peuple, c’est œuvrer pour son bien, à travers les actions comme à travers la
structure. C’est sur celle-ci que l’ADN promet une refondation totale et cela afin de recadrer toutes les activités dans la société. Il s’agit de permettre à la population de tirer profit des ressources existantes dans la
localité où elle réside et habite. Un engouement est nécessaire car, en adoptant un choix unique ensemble, la refondation est possible. Et ce choix, le parti ADN le propose au peuple et celui-ci sait prendre la meilleure décision.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter