Faits divers

Andranonahoatra – Un gang braque un gros client de banque

À ciel ouvert. Hier à 9h 10, quatre assail­lants non  masqués ont ciblé le gérant d’une station-service située à Bemasoandro, alors qu’il allait effectuer un versement de plusieurs millions d’ariary encartonné, à la BNI Madagascar, Andranona­hoatra. Un des gangs a tiré un coup de feu blessant son bras droit avant de s’enfuir. Des habitants du quartier ont affirmé le reconnaître. D’emblée, la victime âgée de 56 ans a apparemment été suivie depuis son lieu  de travail. Il transportait  dans sa voiture de marque Volkswagen une somme  faramineuse arrangée dans un carton. Le montant exact n’a pourtant pas été signalé, mais il s’élève à des millions d’ariary, selon des sources auprès de sa banque. Seul à bord, il aurait déjà remarqué ses agresseurs roulant deux par deux à scooter. Suivant les renseignements glanés par les forces de l’ordre, le quinquagénaire a serré ces motards à chaque fois qu’ils ont tenté de le dépasser. La bande ne pouvait alors rien faire en cours de route, mais attendait que sa cible se soit garée au parking de la BNI Madagascar pour passer à la véritable action.  Dans un premier temps, ces malfaiteurs ont déposé leur deux-roues un peu plus loin, près d’une déviation, pendant que la victime s’est stationnée. Deux d’entre eux gardaient et restaient avec les motos, tandis que les  deux autres, équipés d’un pistolet automatique, selon un agent de sécurité de la banque, sont revenus à pied à leur proie. Puis, ils l’ont  fait sortir du véhicule en saisissant le carton collé entre ses bras. « La scène s’est déroulée juste devant le portail. J’étais à l’intérieur et ai immédiatement verrouillé l’accès dès que nous avons entendu les cris  d’alerte », relate un vigile de MRH, chargé de la sécurité de la banque. À l’extérieur, son collègue témoin oculaire du coup de théâtre décrit, « la cible arrivait encore à attirer ses offenseurs jusqu’à la porte d’entrée, mais l’un d’eux a fini par ouvrir le feu. Ils n’ont pas réussi à arracher le carton. Au moment de l’agitation, l’arme est tombée. Ces scélérats l’ont ramassée avant de repartir les mains vides ». Sauve-qui-peut Tous les deux ont alors rejoint leurs comparses à  proximité et démarré en trombe leur scooter, dont un de couleur rouge, d’après les indices signalés lors d’une enquête de voisinage. De son côté, le quinquagénaire plus costaud que les bandits n’a pas lâché le carton jusqu’au bout. Le pire, c’est que le projectile a transpercé son bras et frôlé son visage, ainsi que sa tête. « Je vends ici et je les ai vus. Au début, j’ai cru qu’ils plaisantaient puisqu’ils déchiraient le carton. J’étais pourtant bouche bée quand un coup de feu a retenti. Quelques paquets sont tombés du contenant, mais le gang alarmé n’a plus eu le temps de les rafler », témoigne un boucher. Les voisins ont eu presque la même réaction que lui. Une pâtisserie logée dans la même bâtiment que la BNI Madagascar a rapide­ment fermé sa porte lors du sauve-qui-peut.  Vite déclenché, un bouton d’alarme a permis d’alerter la police qui s’est diligentée sur place en 4x4 et la gendarmerie à moto. Aussitôt, la police a conduit le blessé à l’hôpital situé à proximité avant de l’acheminer à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona pour être soigné. La banque est restée  fermée hier toute la journée. Elle n’est apparemment pas équipée de caméra de surveillance. Heureusement, les habitants du quartier connaissent les malfaiteurs. Selon eux, ils viennent du quartier d’Ambaniala.  Hajatiana Léonard

Un bandit tire et s’en prend physiquement au gérant d’une station-service pour lui arracher un pactole à verser à la BNI Madagascar , à Andranonahoatra, hier à 9h 10.

À ciel ouvert. Hier à 9h 10, quatre assail­lants non masqués ont ciblé le gérant d’une station-service située à Bemasoandro, alors qu’il allait effectuer un versement de plusieurs millions d’ariary encartonné, à la BNI Madagascar, Andranona­hoatra. Un des gangs a tiré un coup de feu blessant son bras droit avant de s’enfuir. Des habitants du quartier ont affirmé le reconnaître.
D’emblée, la victime âgée de 56 ans a apparemment été suivie depuis son lieu de travail. Il transportait dans sa voiture de marque Volkswagen une somme faramineuse arrangée dans un carton. Le montant exact n’a pourtant pas été signalé, mais il s’élève à des millions d’ariary, selon des sources auprès de sa banque. Seul à bord, il aurait déjà remarqué ses agresseurs roulant deux par deux à scooter. Suivant les renseignements glanés par les forces de l’ordre, le quinquagénaire a serré ces motards à chaque fois qu’ils ont tenté de le dépasser. La bande ne pouvait alors rien faire en cours de route, mais attendait que sa cible se soit garée au parking de la BNI Madagascar pour passer à la véritable action.
Dans un premier temps, ces malfaiteurs ont déposé leur deux-roues un peu plus loin, près d’une déviation, pendant que la victime s’est stationnée. Deux d’entre eux gardaient et restaient avec les motos, tandis que les
deux autres, équipés d’un pistolet automatique, selon un agent de sécurité de la banque, sont revenus à pied à leur proie. Puis, ils l’ont fait sortir du véhicule en saisissant le carton collé entre ses bras. « La scène s’est déroulée juste devant le portail. J’étais à l’intérieur et ai immédiatement verrouillé l’accès dès que nous avons entendu les cris
d’alerte », relate un vigile de MRH, chargé de la sécurité de la banque. À l’extérieur, son collègue témoin oculaire du coup de théâtre décrit, « la cible arrivait encore à attirer ses offenseurs jusqu’à la porte d’entrée, mais l’un d’eux a fini par ouvrir le feu. Ils n’ont pas réussi à arracher le carton. Au moment de l’agitation, l’arme est tombée. Ces scélérats l’ont ramassée avant de repartir les mains vides ».
Sauve-qui-peut
Tous les deux ont alors rejoint leurs comparses à proximité et démarré en trombe leur scooter, dont un de couleur rouge, d’après les indices signalés lors d’une enquête de voisinage.
De son côté, le quinquagénaire plus costaud que les bandits n’a pas lâché le carton jusqu’au bout. Le pire, c’est que le projectile a transpercé son bras et frôlé son visage, ainsi que sa tête. « Je vends ici et je les ai vus. Au début, j’ai cru qu’ils plaisantaient puisqu’ils déchiraient le carton. J’étais pourtant bouche bée quand un coup de feu a retenti. Quelques paquets sont tombés du contenant, mais le gang alarmé n’a plus eu le temps de les rafler », témoigne un boucher. Les voisins ont eu presque la même réaction que lui. Une pâtisserie logée dans la même bâtiment que la BNI Madagascar a rapide­ment fermé sa porte lors du sauve-qui-peut.
Vite déclenché, un bouton d’alarme a permis d’alerter la police qui s’est diligentée sur place en 4×4 et la gendarmerie à moto. Aussitôt, la police a conduit le blessé à l’hôpital situé à proximité avant de l’acheminer à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona pour être soigné.
La banque est restée fermée hier toute la journée. Elle n’est apparemment pas équipée de caméra de surveillance. Heureusement, les habitants du quartier connaissent les malfaiteurs. Selon eux, ils viennent du quartier d’Ambaniala.