Sport

Moto cross – 4 Heures Honda – Tsitsi et Planet au firmament

Au septième ciel. Tsirava Razafimahefa et Fabien Planet se sont imposés, hier, au TKM Imerintsiatosika, à l’issue de la 19ème édition des 4 Heures Honda. Ils ont bouclé vingt-cinq tours au total, au guidon d’une Sherco SEF-R300. Tsitsi étend ainsi son record à sept victoires.
« C’est une fierté pour moi. Merci à Fabien, qui est venu à Madagascar et qui m’a permis de réaliser cette performance », s’est-il exclamé à la fin. Pour son équipier français, c’est le deuxième succès, après celui de 2014.
On attendait une bagarre intense avec Ranty Ernest, vainqueur en 2016 et 2017, associé au Français Elie Vecchi cette année sur une Husqvarna FC250. Et on a été servi. Ranty et Planet ont été au coude-à-coude durant 1h30. Derrière, le Réunionnais Pascal Dorseuil, qui défendait les couleurs de KTM avec Claudio Tida, sur une SX-F250, était troisième, mais a lâché prise peu à peu, gêné notamment par des soucis pneumatiques.
Après une heure et demie de course, Tsitsi a pris le relais sur la Sherco n°5. Mais piégé par l’arrivée d’une pluie fine, il a chuté à deux reprises. Ce qui a permis à Ranty de creuser un écart de plus de deux minutes, avant de passer les commandes de l’Husky n°1 à Vecchi. La course semblait pliée. Il n’en était rien.
Il restait un tour d’horloge et demi au chrono, quand Planet a repris la SEF-R300. Il a rapidement refait le retard sur Vecchi et a repris la tête. Au passage, on remarque son moral d’acier, sachant qu’il n’a jamais abdiqué malgré les deux minutes et demie de gap.
Au moment d’attaquer la dernière heure, quand Ranty est remonté sur son Husqvarna, il était dans la roue du Français. Mais surpris par une pierre sur sa trajectoire, il est tombé, perdant, par la même occasion, son rêve de réaliser le « threepeat ». Le duo Ranty/Vecchi a finalement terminé à 2min 29sec de la première place. Tandis que la paire Claudio/ Dorseuil a complété le podium, à 5min 48sec.
A la fin, les réactions de Fabien Planet ont bien résumé la journée d’hier : « c’était vraiment une belle course. Les adversaires ont beaucoup progressé par rapport à 2014. Maintenant, il faut aller courir à l’extérieur pour continuer à avancer ». Le multiple champion du monde d’enduro évoque notamment Ranty, qui a suivi son rythme de près pendant plusieurs heures et qui s’est bagarré avec lui jusqu’au bout. Leur mano-a-mano restera certainement dans les annales des mythi­ques 4 Heures Honda.

Haja Lucas Rakotondrazaka