Régions

Une lutte contre la corruption – Une évaluation à mi-parcours à Mahajanga

Eric Andriamiaramanana, directeur de suivi-évaluation au niveau du CSI.

Depuis hier, un atelier régional sur l’évaluation à mi-parcours de la Stratégie nationale de lutte contre la corruption (SNLCC) et harmonisation générale de l’État (PGE)/ Plan Émergence Madagascar, se déroule dans la salle de conférence du restaurant Les Roches Rouges à la Corniche.

« L’objectif global de l’atelier est de contribuer à l’évaluation à mi-parcours de la mise en œuvre de la SNLCC de Madagascar et de renforcer le réseau positif du SAC sur lequel va s’appuyer la mise en œuvre de la SNLCC », explique le directeur du Suivi-évaluation au sein du Comité de sauvegarde de l’Intégrité (CSI), Éric Andriamiara­manana.

La Consultation maximum des parties prenantes concernées, directement ou indirectement, par la problématique de la mise en œuvre de la SNLCC et, plus globalement, de la lutte contre la corruption. Ainsi, des représentants des régions Sofia, Boeny et Betsiboka participent à cette réunion.

Diagnostic

Les résultats attendus des participants sont le partage de leurs expériences sur les thématiques de corruption afin de réaliser la mise à jour du diagnostic de la corruption, à travers la définition des manifestations de la corruption, l’identification des causes de la corruption, le calcul de la note de perception de l’intensité de la corruption ainsi quel’identification des facteurs clés de succès de la lutte contre la corruption à Madagascar.La contribution à la planification stratégique de la SNLCC ainsi que la formulation des recommandations pour améliorer sa mise en œuvre seront également débattues durant cet atelier. Selon Transparency International, l’indice de l’État de droit en 2018 était de 19/100 et a régressé à 16/100 l’année dernière.

Madagascar a obtenu la note de 24/100 en 2017 contre 25/100 en 2019. World Justice Project a indiqué que l’indice de perception de la corruption à Madagascar a reculé à cause de l’absence de l’intégrité.

Le Consultant international du PNUD, le Dr Marius Talla anime l’atelier à travers son intervention. Le CSI, le Bianco, le Pôle anti-corruption ainsi que le Service de renseignements financiers Samifin et l’Agence des recouvrements des avoirs illicites constituent le SAC.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter