Accueil » Faits divers » ANTANIFOTSY – Les tueurs d’une fillette et de son père abattus
Faits divers

ANTANIFOTSY – Les tueurs d’une fillette et de son père abattus

Le crime a été commis en zone rurale du district d’Antanifotsy.

Une petite enfant de 4 ans et son père ont été assassinés par des bandits, le 9 janvier, à Ankotroka-Antanifotsy. Deux de ces derniers sont tombés sous les balles des gendarmes.

Un crime qui dépasse l’entendement. Juste pour leur voler cent mille ariary, des malfaiteurs ont exécuté leurs victimes, un père de famille et son enfant, une adorable petite fille, âgée de 4 ans. L’acte d’une barbarie sans nom a été commis le lundi minuit, 9 janvier, dans le hameau d’Ankotroka-Antanetikely, de la commune rurale d’Ambatomiady, à Antanifotsy.
Les assaillants au nombre indéterminé, car il faisait noir, auraient été insatisfaits de leur butin et n’ont pas hésité à arroser leurs cibles de balles. Ils se sont enfuis sans que les villageois sachent dans quelle direction. Ces derniers n’ont pas osé les poursuivre non plus, terrifiés par les coups de feu retentissants. Les gendarmes d’Antanifotsy sous la férule d’un officier coordinateur ont fait tout à travers une collecte de renseignements territoriaux pour identifier les auteurs du vol aggravé de double homicide. Outre le faisceau d’indices qu’ils ont pu relever lors du constat, ils ont reçu, mardi, une information fiable dénonçant le repaire des brigands.

Criblés

L’équipe a immédiatement élaboré une stratégie opérante avant de procéder au coup de filet. Il était exactement 20 heures, ils ont débarqué au village d’Ankitsikitsika, dans la commune d’Antsahalava. Là-bas, ils se sont retrouvés nez à nez avec les scélérats. Ceux-ci tentaient de les défier dans un échange de tirs. Étant prêts à en découdre, les gendarmes ont riposté avec une salve d’armes automatiques. Au cours de l’accrochage, deux membres de la bande ont mortellement été criblés de projectiles, mettant fin à leurs activités criminelles. Les autres ont battu en retraite avec un fusil. Un calibre de fabrication locale a été récupéré sur les défunts. Les gendarmes ont passé au peigne fin les parages, mais n’ont pas trouvé les fuyards qui ont profité de l’obscurité pour se sauver. Ils affirment ne pas arrêter de les chercher jusqu’à ce qu’ils leur mettent la main dessus. Les habitants les ont félicités pour leur efficacité.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter