Texto de Ravel

La femme, plurielle singulière

Une belle rencontre quelque part sur les terres de Naivasha. D’un naturel, les liens se tissent à travers les méandres et les zigzags des routes tortueuses dans les montagnes. Entre féministes, la conversation est assez facile et on en arrive vite aux choses «intimes» qui ne le sont pas vraiment entre femmes. Une très belle découverte comme un livre de gynécologie médicale qui s’ouvre en témoignage vivant.

Elle s’appelle Sifa; Dr. Sifa. Son parcours en tant que médecin est digne d’un long métrage qui met en scène la guerre, les violences faites aux femmes, les vastes terres et les cultures du Congo. Mais plus encore, cette femme, en elle seule, est une perle de la nature qui nous rappelle que la femme, comme la nature l’a faite, est unique. Il est juste impossible de généraliser «les» femmes car chacune d’elles est une encyclopédie à découvrir.

Elle a commencé à avoir ses règles à dix-sept ans. Cela s’est présenté en tout et pour tout par une goutte de sang. Ni plus ni moins. Ses sœurs et cousines, tantes et parentes ont toutes eu des menstruations dans les «règles de l’art» dès l’âge de douze ans, voire un peu plus tôt. Dans une Afrique où la puberté précoce est assez commune, c’est plutôt le contraire qui fait paniquer les mères. Après la première règle, plus rien durant des dizaines d’années. Pas de soucis liés aux règles, ni d’hormone, encore moins pour les tracas financiers et techniques des femmes pour trouver les meilleures serviettes hygiéniques. Pas de douleurs mensuelles, de tournis, de fatigue. «Comme un garçon» lance t-elle en riant.

Sifa s’est mariée et, de temps à autre, elle a une goutte de sang en guise de menstruation. Mais dans ces conditions, comment fait-on pour avoir des enfants ? Les cours de sciences naturelles sur les périodes de fécondité, le cycle des femmes tombent tous à l’eau. Pas de règle, pas d’ovulation donc pas de possibilité d’enfanter ? Notre jeune médecin commence à se documenter sur son état mais il n’y avait pas encore beaucoup de littérature dessus. Malgré elle, elle a dû apprendre par elle-même, sur elle-même.

La découverte fut grande quand, après une goutte de sang, elle se rend compte, des mois plus tard, qu’elle était enceinte. Strictement aucun signe de grossesse. Pas de vomi, pas de seins qui gonflent, pas de tournis et…pas de ventre. Au contraire, sa taille s’affine et elle jaunissait. Toute la période de la gestation s’est passée sans aucun signe, mis à part de petits mouvements du bébé de temps à autre.

L’accouchement est tout aussi calme. La perte des eaux se fait sans aucune douleur, le travail sans spasmes. Elle reste juste couchée en attendant la dilatation. Le moment venu, elle n’a pas à pousser. Le bébé passe littéralement comme une lettre à la poste.

Dr Sifa a maintenant quatre enfants et elle projètte d’avoir des triplés. Son histoire nous rappelle que la nature a fait de nous des êtres différents dont les détails ne peuvent se contenir dans les livres de sciences. Chacune de nous a une singularité exceptionnelle à découvrir.

Comment une femme qui n’a point les tracas menstruels est devenue une grande gynécologue, est une autre belle histoire à découvrir ultérieurement.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter