Accueil » Faits divers » MEURTRE DE TSOA VHF – Une femme et trois hommes devant le parquet
Faits divers

MEURTRE DE TSOA VHF – Une femme et trois hommes devant le parquet

Les proches et amis de Tsoa sont venus manifester devant le tribunal Anosy, hier.

Soupçonnés d’être les auteurs et complices du meurtre d’Andriatiana Rabemanantsoa ou Tsoa VHF, une femme et trois hommes ont été présentés au parquet, hier.

Dix jours ont suffi pour les gendarmes de Talata Volonondry pour identifier et arrêter les présumés coupables de l’assassinat d’Andriatiana Rabemanan­tsoa ou Tsoa du groupe évangélique VHF. Les suspects sont une femme et trois hommes.

Ils ont été transférés au parquet, hier. La femme est soupçonnée d’être la tête pensante du crime. Deux sur les trois autres individus seraient les auteurs principaux de l’homicide. Ils auraient richement été payés. Le dernier y est pour complicité. Ils connaissent tous le défunt. L’irréparable est né de la jalousie et de la protection d’intérêts, d’après la gendarmerie qui a rencontré la presse, hier, dans les locaux de la compagnie de Tanà-ville, à Betongolo. Tsoa, 33 ans, n’était pas simplement un artiste.

Il s’est surtout démarqué en tant que jeune opérateur économique. Les enquêteurs n’ont pas voulu entrer dans sa vie privée, mais son intimité et son statut d’entrepreneur ont eu un rapport avec son meurtre, s’ils osent dire.

Lardé

Le trentenaire avait un SsangYong Rexton et une Volkswagen Polo Cross. Selon des bribes d’enquête, il a été tué à bord de sa Polo, à Analamahitsy, au cours de la nuit de lundi à mardi 8 novembre. Il a ensuite été transbordé dans la malle de l’autre véhicule qui se trouvait dans un garage à Antohomadinika. « Il a été transporté jusqu’au pont d’Ambohimanarivo, placé sur le siège du conducteur et poussé dans le vide avec le Rexton.

Les meurtriers ont maquillé l’acte en accident de voiture, soi-disant causé par une conduite en état d’ivresse. Ils ont laissé des bouteilles de bière et de rhum à bord », raconte le lieutenant Rija Rakotondriana, adjoint du commandant de compagnie de Tanà-ville.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter