Accueil » Social » Violence envers les enfants – Le harcèlement scolaire, un phénomène méconnu
Social

Violence envers les enfants – Le harcèlement scolaire, un phénomène méconnu

La  présentation  du  projet  Fitaratra  par  l’Association  IMASOIVOHO,  hier  au  Carlton.

Pour marquer la journée internationale contre la violence et le harcèlement scolaire, une campagne de sensibilisation sera effectuée afin de faire connaître ce fléau au niveau des écoles.

Le harcèlement en milieu scolaire touche de plus en plus d’enfants et de jeunes pourtant il reste méconnu. C’est ce qui a été révélé durant la présentation de « Fitaratra », un projet de lutte contre le harcèlement scolaire, hier au Kudeta Carlton Anosy. « Ça commence par des bagarres, des insultes ou encore des intimidations, voire des agressions sexuelles, à l’école. Puis en grandissant, l’enfant garde des séquelles psychologiques et physiques qui impactent son épanouissement personnel et sa vie d’adulte », indique Anjaramalala Rasoanaivo, secrétaire générale de l’Association Imasoivoho.

Un cas a interpellé l’association, celui d’une jeune fille qui a tenté de se suicider après avoir subi des harcèlements à l’école. « Elle avait des problèmes à la maison mais parallèlement elle était insultée par ses pairs et avec des propos racistes. Les insultes s’étaient déroulées de manière répétée. Aucune oreille n’était là pour l’écouter, d’où sa tentative de suicide », enchaîne le responsable.

Une étude publiée dans le rapport « Etude sur les violences envers les enfants à Madagascar» rapporte que 58% des jeunes indiquent avoir subi de la violence à l’école. Les filles représentent 53,7% contre 46,7% des garçons, victimes de harcèlement en milieu scolaire.

Cellule psychologique

À voir ces chiffres, les violences en milieu scolaire existent bel et bien dans le pays. Elles peuvent être commises entre pairs ou entre le personnel scolaire et les enfants. Pour les violences commises par les pairs, le personnel scolaire affirme qu’il y aurait davantage de bagarres entre élèves au sein du cycle primaire, avec 17%, qu’au niveau du lycée et du collège qui est de 10%.

Le harcèlement scolaire est une conduite intentionnellement agressive adoptée par un ou plusieurs élèves, qui se répète et qui dure. Pour prendre en charge les enfants et les jeunes victimes de harcèlement scolaire, le projet va se focaliser sur la mise en place d’une cellule psychologique de suivi pour chaque école. « La création de cette cellule va se faire au cas par cas. Mais dans chaque école qui va en disposer, les élèves victimes pourront être écoutés par des responsables qui vont être formés en médiation », enchaîne le responsable. Pour mieux faire connaître ce fléau, une campagne de sensibilisation a été initiée par l’association Imasovoho à travers le théâtre radiophonique. Ce théâtre radiophonique sera diffusé dans quelques localités dont dans la capitale, Tsiroanoman­didy, Manjakan­driana et Toamasina.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter