Accueil » A la une » Madagascar-AFD – L’esprit de partenariat recommandé
A la une Politique

Madagascar-AFD – L’esprit de partenariat recommandé

L’ambassadeur  de  France,  Christophe  Bouchard  et  le  directeur  de  l’AFD Madagascar,  Yves  Guicquéro.

L’Agence française de développement fête ses 80 ans. Pour les années à venir, l’amélioration des actions de l’AFD dans le sens du partenariat avec les États cibles est recommandée.

Améliorer le travail en commun. C’est dans ce sens que s’engageront les démarches de l’Agence française de développement (AFD), dans les années à venir.

Une cérémonie célébrant le 80ème anniversaire de l’AFD s’est déroulée à la résidence de France, à Ivandry, dans la soirée d’hier. Parlant au nom du gouvernement malgache, Hajo Andrianaina­rivelo, ministre de l’Aména­gement du territoire, a suggéré quelques points à améliorer dans les démarches de l’Agence. Il a, notamment, formulé «une recommandation» étatique selon laquelle l’AFD doit plus avoir «un esprit de partenariat, c’est-à-dire, dans un esprit gagnant – gagnant, et non plus rester dans l’idée d’une relation de bailleur – emprunteur».

Ce changement d’approche allant dans le sens du partenariat a également été martelé par la société civile africaine, durant le sommet Afrique – France qui s’est déroulé à Montpellier, en octobre. «Nous sommes tout à fait dans ce processus et nous allons continuer à améliorer le travail en commun. Le seul souhait est de continuer et de l’orienter aux priorités», a déclaré Christophe Bouchard, ambassadeur de France, questionné sur le sujet, hier, et faisant un rapprochement avec l’orientation des démarches et actions de l’AFD.

Enjeux actuels

L’AFD est présente dans la Grande île depuis soixante dix ans. Selon Yves Guicquéro, directeur de l’AFD Madagas­car, l’Agence s’est toujours appliquée à établir «des partenariats d’égal à égal pour le développement et qui répond aux besoins du pays. (…) ça veut dire qu’on écoute, quels sont les besoins, quelles sont les contraintes pour co-construire des projets ensemble».

Sur ces dix dernières années, l’AFD a mobilisé 500 millions d’euros de financement pour Madagascar. Cette année, c’est cinquante millions qui ont été décaissés. Pour l’année prochaine, une enveloppe de 90 millions d’euros est prévue. Dans son allocution en ouverture de la réception d’hier, l’ambassadeur de France a présenté un florilège des projets, surtout d’infrastructures, qui ont été appuyés financièrement par l’Agence à Madagascar. Le dernier en date est la rocade Iarivo.

Pour sa part, le ministre de l’Aménagement du territoire a toutefois ajouté dans son discours que les soutiens de l’AFD devraient également tenir compte des enjeux actuels. Il a, notamment, mis l’accent sur les changements climatiques et leurs conséquences. «Les enjeux de la COP 26 nous concernent, ici à Madagascar, dans différents domaines. Nous espérons que cet aspect sera pris en considération dans différents domaines, dans tous les ciblages des projets, surtout dans les secteurs d’intervention et bien évidemment, les enveloppes», a glissé le ministre.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter