Accueil » Economie » Transport aérien – Le Business plan d’Air Madagascar décolle
Economie

Transport aérien – Le Business plan d’Air Madagascar décolle

Air  Madagascar  reprendra  bientôt  son envol.

Non- communiqués en Conseil des ministres, publiés ailleurs, les traits essentiels du Business plan de redressement d’Air Madagascar ont été dévoilés aux employés. Enfin.

L’horizon bouché se dégage pour Air Madagascar. Appelée à faire ses bagages. Les détails de son fameux Business plan, tenu en cachette, ont été partagés par ses dirigeants aux employés. Premiers concernés par les mutations à venir, réunis en Assemblée générale. Les points à retenir dans cette recherche de solution s’énoncent comme suit.

Concernant son statut légal, «Air Madagascar a été mise en redressement judiciaire. La procédure collective d’apurement des passifs évoquée en Conseil des ministres, a été déposée le 14 octobre ». Ce qui va lui permettre de se protéger d’éventuelles poursuites de ses créanciers e t d’éviter la déclaration de faillite. Selon des fidèles attachés à l’enseigne Air Madagascar « dans ce cas de figure, le changement de dénomination sociale n’a plus aucune importance. À moins de vouloir marquer à tout prix ce nouveau départ ».

Sur le volet opérationnel, « Air Madagascar (la maison mère), fusionnera avec sa filiale Tsaradia, assurant les vols domestiques, et deviendra Madagascar Airlines. La location d’un Boeing 787 avec équipage, maintenance et assurance, en ACMI pour desservir la ligne Antananarivo-ParisAntananarivo. L’exploitation de cette ligne devra commencer le 6 novembre avec deux fréquences par semaine estimées. Son A340, en cours d’immatriculation, va être mis à la disposition de la destination chinoise, une fois cette procédure achevée. L’autre A340 attend l’acquisition de moteur pour reprendre son envol ».

Compression massive

Les litiges avec Air France sur la location-vente de ces A340, ayant débouché par une amende de 46 millions d’euros infligée par le Tribunal de commerce de Paris à l’encontre d’Air Madagascar, serait résolue par la voie d’une médiation en les deux protagonistes. La ré-immatriculation de l’un des deux A340 serait un bon signe allant dans ce sens. Malgré les critiques selon lesquelles, l’acquisition et l’exploitation de ces deux aéronefs, budgétivores à l’entretien et gros consommateurs de carburants, ont l’une des causes du déficit financier abyssal d’Air Madagascar. 80 millions de dollars de pertes et de dettes aux derniers décomptes, il a été décidé de les maintenir et de les entretenir.

Madagascar Airlines prévoit également de louer un Embraer E 190, toujours sous le format Acmi, pour les vols régionaux. Une ligne reliant La Réunion est, par exemple, en option. Alors que les vols domestiques vont s’organiser comme auparavant.

En outre, « la compagnie fusionnée aura pour ambition de remettre à flot son centre de maintenance aéronautique. Ce centre avait fait la fierté d’Air Madagascar pour la réparation des aéronefs ».

Sur l’aspect social, une réduction du nombre du personnel es t a t tendue compte tenu de l’effectif jugé pléthorique d’Air Madagascar et de Tsaradia par rapport au nombre d’appareils composant sa flotte. Une incitation au départ volontaire est à initier, pour arriver à « une compression massive à visage humain ».

Les grandes « lignes » de l’opération sauvetage sont ainsi tracées. Il reste à les suivre pour un atterrissage en douceur.

2 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Tout ça pour ça ? Le fameux business plan accouche finalement d’une souris . Il a fallu attendre plus d’un an pour aboutir seulement à deux points essentiels : le redressement judiciaire et l’acquisition d’un boeing 787 . Cet avion qui a posé de graves problèmes de fabrication même si ces vices de fabrication sur une portion de fuselage et le nez de l’appareil découverts à la fin de l’été 2020 ne présentent pas de danger dans l’immédiat . Selon Wall Street journal il y a eu manquement aux normes de qualité et une enquête serait en cours . Le  » dégraissage du mammouth  » aurait du s’opérer depuis fort longtemps avec ce personnel pléthorique pesant sur les finances de la compagnie . Le fait de garder les deux airbus s’apparentent plutôt à une fierté déplacée en haut lieu car leurs acquisitions remontent à la période de la transition même si le ministre des finances à l’époque ayant signé le contrat de leasing s’appelle Hery Rajaonarimampianina . Ce business plan trop longtemps gardé en secret n’est pas à la hauteur des attentes de vrais spécialistes . Il n’y a rien qui va dans le sens d’un plan financier de soutien de la part de l’état car il faut de l’argent frais pour parler simplement de capitalisation . Le seul point positif c’est la location d’un Embraer E 190 pour les vols régionaux d’ailleurs même Air France l’a inclus dans sa flotte .
    Notre plus grand souhait à part les appréhensions bien légitimes que notre compagnie aérienne nationale retrouve sa place ne craignant pas la compétitivité si rude dans ce secteur .

    • Salama namako ô
      Aminay aloha tsy misy dikany mihitsy ny fanovana anarana e. zany mbola endriky ny fisehosehoana foana. AIR MAD no efa nahazatra koa inona ndray no mbola hanovana azy. Amzay tsy fantatr’olona?
      Na AIR MADAGASCAR io na TSARADIA io na MADAGASCAR AIRLINES io, kotomanga ihany no mangakoto.
      Raha mbola tsy miova ny toetsaina mitaky fandeferana, fanetretena, fitsitsiana dia aza mandrevorevo fa eo ihany isika. Frime be mantsy ny antsika no tena ady eo.
      Tena marina fa tsara ary tena tsara lavitra ny E.190 satria sady haingapandeha no mafy toto ny Embraer. Ataovy tsara ny services nareo ry Madagascar Airlines ataovy sahy hiatrika ny mpifanandrana (Ethiopian – Kenyan – Air Mauritius – Air France – Air Austral – South African Airlines…) dia afaka misouffle isika. Mba manana ambopo, hialao ny « peut être » fa lasa fiomehezana. Dia aleo ry Fanjakana hisy ny fifaninanana hita eo izay gisitra. Aminay mantsy, tena natahotra izany ny AIR MAD dia natao izay nahafaty ny sasany.
      Ary ny ACM, mba ataovy manarapenitra ny fitsirihina. Teo anie ka …mahamenatra e! ary tena marary! Compagnie Aérienne tsy nanana DG sa DR moa? Compagnie 02 samihafa tokony samy hananana ny patron-ny nefa tsy nisy nanana. Eny tompoko ô. Izany izy io. Tsy maninona fa rano raraka iny.