Accueil » Economie » Prévention – Une banque alimentaire à instaurer
Economie

Prévention – Une banque alimentaire à instaurer

Le  ministre  Harifidy  Ramilison,  lors  de  l’ouverture de la foire

La Foire de l’élevage, de la pêche et de l’agriculture, FEPA a pris fin hier. Elle laisse derrière sa tenue, des pistes de réflexions qui méritent d’être étudiées.

Déjà un succès d’estime. Pour les trois journées de la Foire de l’élevage, de la pêche et de l’agriculture, FEPA, la douzième édition a connu une affluence appréciable auprès du public. D’autant que cent-vingt stands attendaient les visiteurs. Ce qui atteste de l’attachement des opérateurs investis dans le secteur à cette manifestation, occultée par la crise sanitaire. Les discours officiels à la cérémonie d’ouverture ont abondé dans un sens. « Le pays a tous les atouts pour atteindre l’autosuffisance alimentaire. Un des treize objectifs présidentiels. De vastes terrains cultivables et arables, des microclimats diversifiés, propices à toutes les variétés des cultures vivrières, une population à forte majorité rurale, mais il reste beaucoup à faire pour y parvenir », admet Harifidy Ramilison, ministre de l’Agriculture et de l’élevage. Il insiste sur « la nécessité de synergie d’actions entre tous les acteurs, les producteurs, les distributeurs, les financiers, les assureurs, et les consommateurs pour une meilleure efficacité des résultats attendus du système alimentaire».

Il a aussi défendu la nécessité d’instaurer « une banque d’alimentation » pour prévoir les imprévus comme les effets dévastateurs des changements climatiques. À l’origine de la famine qui frappe les populations du sud du pays. Le défi a été compliqué par la crise sanitaire et il est plus que jamais utile d’unir les efforts de tout un chacun pour satisfaire les besoins de chacun. Soit, au moins, trois repas par jour. La tenue de la FEPA coïncidait avec la Journée mondiale de l’alimentation, celle des paysannes et de la lutte contre la pauvreté. Des thèmes récurrents et vécus au quotidien par les Malgaches. Amplifiés par la pandémie du coronavirus.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter