Accueil » Social » Ambatobe – Accident dans le cortège présidentiel
Social

Ambatobe – Accident dans le cortège présidentiel

Freinant en pleine vitesse,  le véhicule  militaire  c’est retrouvé  les  quatre  roues  en l’air.

Dix blessés dont six civils et quatre militaires. Tel est le bilan d’un accident survenu, hier, à Ambatobe. Un accident qui a impliqué un blindé de l’armée se trouvant en queue de cortège du convoi présidentiel. Sur les six civils, on compte cinq enfants.

Selon les explications du directeur de la sécurité de la présidence de la République, les faits se sont déroulés vers 15 heures 45 minutes. «Croyant que le cortège était terminé et ne voyant pas le dernier véhicule, un enfant a traversé la route», indique le premier responsable de la sécurité au niveau de la présidence de la République. Voyant un enfant traverser la route, le chauffeur du blindé militaire a brusquement freiné.

Freinant en pleine vitesse, le véhicule à bord duquel se trouvaient cinq militaires, s’est retourné pour se retrouver les quatre roues en l’air sur le côté de la chaussée. Deux des militaires auraient sauté hors du véhicule durant cette embardée. Emportés par leur élan, ils auraient vivement bousculé les six civils. «Je tiens à noter que le véhicule militaire n’a heurté personne. Aucune perte en vie humaine n’est à déplorer», souligne le directeur de la sécurité de la présidence de la République. Toutes les victimes de l’accident ont immédiatement été transférées au Centre hospitalier de Soavinandriana.

«Tous les soins sont pris en charge par la présidence de la République», affirme le directeur. La médecin colonel Ny Hanitriniala, chef du service des urgences de l’hôpital militaire rassure sur l’état de santé des patients. L’un des enfants a pu rentrer chez lui le jour-même, selon ses dires.

Les cinq autres civils, par prudence, sont gardés en observation, ajoute-t-elle. C’est le cas, notamment, d’un des enfants, âgé de 13 ans. Il aurait reçu un choc à la tête durant la bousculade et a passé un scanner, hier. La chef du service des urgences du Centre hospitalier de Soavinandriana atteste, aussi, qu’aucune perte en vie humaine n’est à déplorer. Le pronostic vital d’aucun des blessés n’est, également, engagé atteste-t-elle.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter