A la une Culture

Madajazzcar – Un millésime riche en échanges

Cette année, ils ont été nombreux à avoir rallié le festival international Madajazzcar en marge de la musique. Leur but a été de discuter, d’échanger et de partager différents points de vue concernant la société à travers plusieurs thématiques.

Apprécié particulièrement pour son côté chaleureux et fraternel, le festival international Madajazzcar excelle aussi en tant que plateforme de découverte exceptionnelle pour les musiciens de tous horizons. Tout au long de sa 30e édition, il a tenu à réveiller la conscience collective en servant de plateforme d’échanges et d’interactions culturelles, voire ludique, où plusieurs sujets de société en rapport avec le volet culturel de la Grande île ont été mis en avant.

Le tout sublimé par les mélodies de cette musique populaire et fédératrice qu’est le jazz. Celui-ci, après avoir marqué la scène artistique malgache au bout de trois décennies grâce au Madajazzcar, s’affirme comme un langage musical qui permet de véhiculer différents messages pour toutes les couches de la population.

Revenons à ces deux semaines d’enivrement musical avec le festival, mais aussi à ces instants marquants qui louent l’épanouissement de notre société et de sa vie
culturelle.

Les conférences enrichissantes

Plusieurs conférences-concerts ont été organisées par Madajazzcar, plus qu’auparavant. De quoi enrichir les connaissances des festivaliers sur plusieurs sujets concernant principalement la gent féminine, les personnes en situation de handicap et le patrimoine.

À l’Ivon-toeran’ny Kolontsaina Malagasy (IKM) à Antsahavola, on a pu suivre, entre autres, une conférence sur « La participation des femmes journalistes culturelles pour le développement de l’art et de la culture ». On y a, également, discuté de la question du « Patrimoine et de la citoyenneté », le temps d’une rencontre entre les acteurs du patrimoine malgache.

L’Alliance française d’Antananarivo à Andavamamba a accueilli, quant à elle, la conférence autour du thème « Personnes en situation de handicap et Entrepreneuriat » qui a été organisée en collaboration avec l’ONG Droits Humains Madagascar.

Un festival plein d’émotions

L’un des moments forts du festival évidemment, a été le concert en hommage à l’illustre Haja Ravaloson qui a fédéré plusieurs jeunes groupes qu’il a pris sous son aile. Notamment avec tous les lauréats du Tremplin Madajazzcar,dont il était le fervent pédagogue. Des rencontres et visites inattendues, uniques, voire magiques ont aussi égayé le festival. Particulièrement avec l’apparition surprise de l’exceptionnelle Lalatiana, le temps d’un concert au Kudéta au Carlton à Anosy, comme avant-goût des retrouvailles avec elle, ce soir au Palais des Sports et de la Culture à Mahamasin.

« Depuis sa création, le festival joue un rôle prépondérant pour le développement artistique et culturel à Madagascar. Grâce à lui, beaucoup de musiciens ont émergé et se sont fait un nom dans le domaine du jazz, autant sur la scène nationale qu’internationale. Désormais, nous sommes aussi plus que fiers de l’envergure qu’il ne cesse de prendre et cette édition le confirme, mais surtout par sa portée au-delà de la musique comme étant une plateforme d’échanges socioculturelles», confie Désiré Razafindrazaka, président du comité d’organisation de Madajazzcar.

La première conférence-concert de cette 30e édition de Madajazzcar s’est tenue à la Bibliothèque Nationale à Anosy sur le thème « Culture et respect de la dignité de la femme »

Un moment de partage entre musiciens amateurs et expérimentés, nationaux et internationaux : la programmation de cette 30e édition du festival international Madajazzcar a été également étoffée de plusieurs formations et ateliers enrichissants.