Sport

Handisport – Les athlètes l’ACBHM brillent

L’Association culturelle pour la bienfaisance des handicapés mentaux (ACBHM) fondée en 2000 fête ses vingt ans. La célébration a été marquée, hier à Ambohimirary, par une messe et une exposition suivie d’un déjeuner.

Le sport est l’une des activités qui a fait briller l’association. Le club sportif ACBHM a vu le jour en 2003 dont le président n’est autre que le conseiller technique régional de la ligue d’Ana­lamanga des sports paralympiques, Roland Andria­nandrasana, également entraineur national au sein du Madagascar Paralympic Committee.

« Tous les membres participent aux activités sportives mais seuls ceux en division-1, une quarantaine en tout, participent aux compétitions fédérales », souligne Roland Andrianandrasana. Dans son palmarès, le club est un intouchable champion d’Ana­lamanga en foot à 7 (2015, 2016, 2018, 2019), en basketball depuis 2010 et aussi en pétanque depuis 2015.

Le club a également brillé en sport individuel. Le champion national en 100m (2005-06), Jean Nico avait remporté la médaille de bronze aux Jeux des îles en 2007, Chardin Tsimihanta médaillé d’or en lancer de javelot et d’argent en 100m, et Ihary Françoise médaillée de bronze en 100m.

De plus, cette dernière avait réalisé un triplé aux Jeux de la CJSOI à la Réunion en 2010 en raflant les médailles d’or en lancer de javelot, de poids, en saut en longueur ainsi que le bronze du 100m. Aux Jeux de la CJSOI en 2011, Jean Nico avait arraché l’argent du 800m et le bronze du 100m, et le bronze du javelot pour Ihary.

Cette année, aux Jeux mondiaux d’Arabie Saoudite, Eric Jean Rolland remporte l’argent et le bronze à Fanomezantsoa Santatra, toujours en athlétisme. Et aux derniers Jeux des Iles de Maurice, Ihary Françoise s’est offert le bronze du lancer de poids. « Notre objectif est d’intégrer autant que possible le maximum d’athlètes dans l’équipe nationale et aussi de multiplier les formations des encadreurs » indique le président du club. Comme bilan, en dix neuf ans, « l’association a pu construire deux centres sociaux éducatifs. Celui d’Ambo­himirary ayant une capacité d’accueil de soixante dix huit enfants et cinquante huit pour celui d’Ando­haranofotsy », a mentionné Solofodera Raza­finotrona, directeur des centres sociaux éducatifs ACBHM.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter