Social

Vontovorona – Des grevistes agressent les Barea

Les moellons qui ont servi de barrage sur la route reliant Alakamisy et Vontovorona.

La soirée du 16 octobre a failli tourner au vinaigre pour les joueurs de l’équipe Barea. Un groupe de jeunes s’en est pris à eux lors d’une manifestation à Vontovorona.

Un ombre au tableau. Une manifestation à Vontovo­rona a entaché la brillante victoire de l’équipe nationale de football au match éliminatoire de la CAN 2019. Des étudiants de l’Ecole supérieure Polytechnique à Vontovorona ont agressé les Barea et d’autres personnes qui sont venus soutenir cette équipe contre la Guinée Equatoriale, au stade de Vontovorona dans la soirée du 16 octobre. Ces jeunes ont profité de cet évènement phare pour tirer la sonnette d’alarme sur la longue coupure d’électricité qui a duré depuis trois jours dans leur quartier. Les accusés précisent que cette manifestation n’aurait pas eu lieu sans les jets de bombe lacrymogène. « On se tenait devant le stade pour voir les joueurs. Mais il y a eu trop de monde qui a bloqué la circulation. Les forces de l’ordre ont lancé des bombes lacrymogènes pour disperser la foule. C’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Les habitants du CUR sont déjà fâchés par la coupure de l’électricité», indiquent-ils.
Ces étudiants ont bloqué la circulation, en plaçant des moellons sur la route reliant Vontovorona et Alakamisy. Ils ont lancé des pierres à l’endroit des véhicules qui passaient.
Au moment des faits, l’équipe de Barea quittait le stade pour rejoindre le centre-ville. Les manifestants ne se sont pas retenus pour montrer leur colère. Devant ce tumulte, le capitaine d’équipe Faneva Ima, sort du véhicule pour tenter d’arranger les choses.

Blessés
« Nous, on a avancé doucement, sous la menace de jets de pierres et de briques. Une vingtaine de personnes a commencé à secouer le véhicule et une vingtaine nous a couru après. (…) Nous avons attendu Ima, très calme entouré d’au moins une trentaine de personnes. Il est monté dans la voiture avec difficulté. Là on a été encerclés par des gens qui tapaient partout sur la voiture. On était immobilisés et les jeunes ont commencé à réclamer 100 000 ariary. Heureusement qu’il y a eu trois personnes qui nous ont reconnu et qui ont demandé aux autres de nous laisser passer. “Ce sont les Barea. C’est Faneva ”», relate un témoin.
Les véhicules personnels de quelques-uns de ces footballeurs ont été endommagés, comme celui de Leda, le gardien de but ou de l’attaquant Lalaina Nomen­janahary. Ce numéro 12 a été le premier à sortir du stade. « Ils ont lancé des pierres sur le véhicule et lui ont donné des coups de pied. Ils nous ont, également, réclamé du carburant», raconte l’attaquant Lalaina Nomen­janahary, qui soutient que ces manifestants sont des étudiants. Aucun de ces hommes qui ont porté haut le flambeau malgache n’a été blessé.
Par contre, deux éléments des forces de l’ordre qui ont affronté ces manifestants, en ont fait les frais. « Leurs jets de pierre ont touché nos hommes. Ils ont été blessés au niveau de la tête et ont été emmenés à l’hôpital. Ils vont mieux, maintenant », rapporte le commandant Herilalatiana Andrianarisaona, porte-parole de la gendarmerie. Le calme n’est revenu que très tard dans la soirée à Vontovorona.