Accueil » Politique » Élection présidentielle – Les deux tiers des candidats fuient le débat
Politique

Élection présidentielle – Les deux tiers des candidats fuient le débat

Instructif. Le public est resté sur sa faim. Plusieurs questions ont été sans réponse à l’issue du débat organisé par la Fondation Friedrich Ebert Stiftung et le projet Fandio, hier au Carlton Anosy. Treize sur les trente-six candidats ont répondu présent à l’invitation. 2018 ». Les candidats « à gros budget » ont été les grands absents de ce rendez-vous bien que plusieurs questions titillent la curiosité du public à leur égard. Il s’agit entre autres des quatre anciens chefs d’État, des deux anciens Premiers ministres, du président de l’Assemblée nationale et du pasteur Mailhol. « Tous les candidats ont été invités mais quatorze seulement ont répondu présent. C’est regrettable que les candidats qui ont beaucoup d’argent ne soient pas venus alors. Leurs idées nous interessent au-delà des slogans qu’ils matraquent dans les médias », déplore Lova Rabary Rakotondra­vony, modératrice du débat.
Répartis en trois groupes, les candidats présents ont disposé de vingt cinq minutes pour exposer leur vision, les valeurs qu’ils soutiennent ainsi que leur programme. Une autre série de questions touchant la gouvernance en général, le programme socio-économique, la Constitution, les structures de l’Etat ainsi que la lutte contre la corruption ont été posées par la suite. Après cela viennent les questions du public.

Dualité merina-côtier
Le premier groupe est composé de Rasolofon­draosolo Zafimahaleo dit Dama Mahaleo, du professeur Marcellin Andrian­tseheno, de Paul Rabary, de Saraha Rabeharisoa et de Jean Omer Beriziky. Le second groupe de candidats a réuni Fanirisoa Ernaivo, Arlette Ramaroson, Mamy Radilofe et Ny Rado Rafali­manana. Un troisième groupe réunit Jean Louis Zafivao, Serge Jovial Imbeh, Emma Roseline Rasolovoa­hangy et José Andrianoelison. Les chaises des candidats Radavidson Andriamparany et Jean Max Rakotomamonjy sont restés vides.
Pendant un peu plus de deux heures, ils ont répondu aux différentes questions concoctées par les modératrices et le public. D’une manière générale, les candidats ont été unanimes sur la nécessité de changer la Constitution, la création d’emploi pour les jeunes, la transition vers l’énergie renouvelable, la gouvernance des ressources naturelles ainsi que la réduction des dépenses de l’État. En l’absence des candidats à gros budget, les questions sur les sources du financement des campagnes électorales n’ont pas été posées par le public essentiellement composé de jeunes. Ainsi, la dualité Merina-côtier, la laïcité de l’Etat, le changement climatique, le financement des recherches ont intéressé l’assistance. « Cela a permis de détecter les candidats qui ont des idées et ceux qui n’en ont pas», poursuit Lova Rabary Rakotondravony.
Habitués à des émissions « spéciales » avec des questions prémâchées et des réponses toutes faites, la présence d’un public tout à fait imprévisible a dissuadé les candidats à gros budget. Les débats de ce genre permet toutefois aux postulants de se mesurer sur les idées et permettra au public de séparer le bon grain de l’ivraie. L’intégralité des débats sera diffusée sur une chaîne de télévision privée à partir de vendredi.

 

8 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Ny tena hitako eto amin’izao zava-misy izao dia misy ireo kandida no tsy manana VINA hambaboana ny vahoaka akory ka mba tsy hialan’ny barakany dia aleony tsy miditra amin’io toy izay hanimba ny vatony!!!mazava be anie ilay hevitra eh.

  • Efa mazava ho azy ireo sasany ireo raha toa ka mitsoaka satria mantsy ireo tsy mba manana VINA matotra ary zatra mitsikera ny ataon’ny hafa isaky ny manao zavatra. Ny olona toy ireny dia tsy ho mendrika ny ho filoha velively.

  • – Allons, il ne faut plus faire cette conjugaison de « dualité Merina-Cotier »!
    Nous sommes des Malagasy, sur cette unique Île qu’est Madagascar. Nous sommes une nation. Il n’y a plus de merina, ny de cotier, ni quoi que ce soit! Il n’y a que nous les Malagasy.

    – Il faut être réaliste, aussi, la « Fondation Friedrisch » et projet « Fandio » : on est en plaine période de campagne électorale
    Pour pouvoir visiter plus de 100 districts en 30 jours … on aurait du mal à se mettre sur table pour des débats de je ne sais quoi. Il faut être un peu plus intelligent… et peut être avoir organisé un peu plus en avance la campagne, ou carrément après l’élection?

  • Mafy ho an’ireo kandidat tsy mba manan vina hampandrosoana ny firenena no hiatrika face à face amin’ireo samy kandidat ireo izany. Ho hita eo manko ny lainga sy fitaka fanaon’ireo amin’ny vahoaka rahatsy hiteny afatsy i Ravalo sy i Rajoelina fotsiny.

  • Dia midika inona hono zany ny fahatongavan’ry Faniriso Ernaivo?! Tsy maintsy hahita lazaina indray zao izy mikasika ireo kandidà tsy tonga tamin’ity fifanakalozan-kevitra ity!

  • Les candidats n’ont pas un projet clair comme Rajoelina peur de se disputer car sont projet est un projet vide,nous devons faire attention à ce que certains de ces candidats n’ont pas de projet ;donc , personne ayant un projet clair doivent soutenir aux prochaines élections.

  • Efa feno kosa ny fandaharam-potoanan’ny sasany no nahatonga azy tsy ho tonga eh! efa akaiky kely le fanasana ka tsy tokony hifanomezan-tsiny sy hifanakihanana izany! Fa raha ry Rajoelina sy ry Ravalo kosa alou dia mety marina oe fialàna tsotra izao eh!!!