CAMPAGNE DE GIROFLE - Les voyants sont au vert


Le début de la campagne de girofle pour la saison 2023-2024 est prévu pour aujourd'hui, de source auprès de la direction régionale de la région Atsimo-Atsinanana. Depuis la semaine dernière, c'est l'effervescence totale auprès de tous les opérateurs de ce secteur d'activité flo­rissant de la Grande île. Les opérateurs du district de Vangaindrano, une des principales localités productrices de cette épice très prisée, sont confiants. « Nous espérons vraiment que la production de girofle pour cette nouvelle campagne sera excellente, pas moins de 4.000 tonnes. Nous allons nous atteler à améliorer la qualité du girofle malgache pour le faire concorder avec les prix sur le marché international », confie un opérateur. Un atelier de haut niveau est tenu à Vangaindrano pour fignoler les préparatifs de cette campagne. L'exportation du girofle a connu une hausse fulgurante pour la campagne précédente avec des chiffres qui parlent d'eux-mêmes. En l'espace d’un an, les bénéfices liés à cette culture de rente ont explosé, passant de 51,2 millions de dollars en 2021 à près de 224 millions de dollars l'année précédente, pour une production totale qui s'est chiffrée à 34.867 tonnes. Pour cette campagne en cours, cette filière aura sûrement le vent en poupe, vu que l'année dernière, la Grande île a devancé l'Indo­nésie, premier pays exportateur de girofle au monde. Le pays compte dans les dix-huit mille producteurs, avec une superficie cultivée de 70.000 hectares, et 90% de la production concentrée au Nord de l'île, dans la région d'Analan­jirofo, le nom est équivoque. C'est l'industrie pharmaceutique qui est le premier acheteur de cette épice en raison de ses vertus thérapeutiques, avec des pays comme l'Inde, l'Indonésie ou encore Singapour, qui sont les principales destinations d'exportation du girofle malgache.
Plus récente Plus ancienne