ANDRIMASO FFKM - Que le FFKM prenne ses responsabilités


Pour la crédibilité des élections présidentielles, il est impératif que les organisateurs restent parfaitement neutres. Cette neutralité ne doit pas se cantonner à la Haute Cour Constitution-nelle, à la Cour Electorale Nationale Indépendance et à l’administration. Elle doit s’étendre aux observateurs de la société civile. En soutenant les thèses subversives du collectif des candidats, le Andrimaso FFKM a commis un grave impair, à travers son communiqué du 13 septembre 2023. Même si les quatre chefs d’Église se sont empressés de se désolidariser de la présidente de l’Andrimaso-FFKM (en l’occurrence, Me Bakoly Razaiarisolo Rakotomalala) qui avait signé ce communiqué, le mal est fait. Compte tenu de la partialité du communiqué du 13 septembre 2023 et du fait que Me Bakoly Razaiarisolo Rakotomalala est l’avocat-conseil de Marc Ravalo-manana, il est prouvé que le Andrimaso FFKM est un outil politique au service des intérêts de l’opposition. Cette instrumentalisation, qui entache la notoriété du FFKM, déplaît fortement aux citoyens et en particulier aux chrétiens. Le Andrimaso FFKM ne peut pas, dans sa forme actuelle, être considéré comme un observateur crédible du scrutin présidentiel à venir. Sachant que le vers est dans le fruit, le FFKM est prié de prendre de toute urgence les mesures qui s’imposent. Soit le Andrimaso FFKM sera suspendu ou supprimé, soit sa présidente sera remplacée. En attendant cette réforme qui va au-delà d’un examen de conscience, le FFKM est invité à méditer ce verset : « Si ta main droite te fait tomber dans le péché, coupe-la, et jette-la loin de toi. Pour toi, il vaut mieux perdre une seule partie de ton corps. C’est mieux que de garder ton corps tout entier et d’aller dans le lieu de souffrance ». (Matthieu 5 :30)
Plus récente Plus ancienne