Texto de Ravel

Les vaches seront bien gardées

Les communales font beaucoup de bruit avant l’heure. On ne sait pas si on doit rire ou pleurer devant la valse des prétendants et prétendantes au poste de maire. Force est de constater que ce pays a quelque chose de très très particulier quand viennent les élections. Quelque chose qui vient cristalliser une phrase qu’on entend de plus en plus dans les discussions : pourquoi étudier, il suffit de faire de la politique. Soyez rassuré, pour nous ce n’est pas faire de la (bonne) politique qui dérange. Loin de là, nous incitons même à s’y engager. Ce plus, le fait que n’importe qui, de n’importe quel background s’invente spécialiste dans les postes décisionnaires.

«Le vacher et le garde-chasse» est une poésie de Jean-Pierre Claris de Florian (1755-1794).

Colin gardait un jour les vaches de son père ;
Colin n’avait pas de bergère,
Et s’ennuyait tout seul. Le garde sort du bois :
Depuis l’aube, dit-il, je cours dans cette plaine
Après un vieux chevreuil que j’ai manqué deux fois
Et qui m’a mis tout hors d’haleine.
Il vient de passer par là-bas,
Lui répondit Colin : mais, si vous êtes las,
Reposez-vous, gardez mes vaches à ma place,
Et j’irai faire votre chasse ;
Je réponds du chevreuil. – Ma foi, je le veux bien.
Tiens, voilà mon fusil, prends avec toi mon chien,
Va le tuer. Colin s’apprête,
S’arme, appelle Sultan. Sultan, quoiqu’à regret,
Court avec lui vers la forêt.
Le chien bat les buissons ; il va, vient, sent, arrête,
Et voilà le chevreuil… Colin impatient
Tire aussitôt, manque la bête,
Et blesse le pauvre Sultan.
À la suite du chien qui crie,
Colin revient à la prairie.
Il trouve le garde ronflant ;
De vaches, point ; elles étaient volées.
Le malheureux Colin, s’arrachant les cheveux,
Parcourt en gémissant les monts et les vallées ;
Il ne voit rien. Le soir, sans vaches, tout honteux,
Colin retourne chez son père,
Et lui conte en tremblant l’affaire.
Celui-ci, saisissant un bâton de cormier,
Corrige son cher fils de ses folles idées,
Puis lui dit : chacun son métier,
Les vaches seront bien gardées.

Chacun son métier et les vaches seront bien gardées. Un couturier et un chirurgien sont tous les deux experts à manier les aiguilles. Imaginez ce que le premier pourrait faire sur un intestin à recoudre, et le second sur une robe de mariée. Certes, il y a de nombreuses techniques similaires dans le fait de coudre, mais il faut reconnaitre que : chacun son métier et les choses seront bien cousues.

Après les fonctions de chef de Fokontany, ceux des maires sont les plus proches de la population. Gérer une ville est un métier tout entier. Des filières ont été créés dans les universités pour apprendre comment gérer une ville. Espérons qu’un jour, certains métiers seront pris en considération.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter