Accueil » A la une » Crise sanitaire – L’armée sur le pied de guerre
A la une Politique

Crise sanitaire – L’armée sur le pied de guerre

Le  ministre  de  la  Défense  nationale  (à  dr.),  et  le    chef  d’Etat-Major  des  Armées  (à  g.), en  visite  à  la  plateforme  nationale  de  gestion  sanitaire,  à  Mahamasina,  hier

Le ministre de la Défense nationale annonce la mobilisation de l’armée sur tout le territoire. Outre le ratissage de terrain, elle renforce ses actions sur le plan sanitaire.

TOUS au front. C’est le mot d’ordre affir­mé par le général Richard Rakotonirina, ministre de la Défense nationale. Une mobilisation générale des éléments de la grande muette sur l’ensemble du territoire, qu’il a annoncé durant son passage au Palais des Sports à Mahamasina, hier.

« Comme le président de la République l’a indiqué à maintes reprises, la nation est dans une situation de guerre, une guerre sanitaire. Aussi, devons-nous être en première ligne dans cette guerre », a déclaré le ministre Rakotonirina. L’officier général a ajouté, « à compter d’aujourd’hui, tous les éléments sont en alerte pour appuyer les efforts des autorités dans la lutte contre cette pandémie ».

Les moyens humains et matériels de la grande muette ont été mobilisés dès les premières heures de l’état d’urgence sanitaire. Les hommes se trouvant dans les régions les plus touchées par le coronavirus ont été les plus sollicités, jusqu’ici.

Un bataillon multi-missions a même été mis en place, pour répondre aux besoins de la crise sanitaire. Il est grandement mis à contribution dans l’application des mesures de confinement dans la région Analamanga, et dans les districts de Toamasina I et II.

Plateforme nationale

Comme l’a indiqué le ministre de la Défense nationale, hier, donc, ce sont tous les éléments du pays qui sont dorénavant, mobilisés dans cette guerre contre la Covid-19. La marine nationale est déjà aux affaires, depuis quelques semaines, en ratissant au large des côtes pour éviter les tentatives de sortie ou entrée illicite sur le territoire de la Grande île. Les frontières sont toujours fermées.

L’armée de l’air est également, sur le pied de guerre, depuis la semaine dernière, avec le déploiement quotidien de ses hélicoptères. Ces aéronefs sont surtout utilisés pour les missions de reconnaissance à Analamanga.

Ils sont là aussi pour éviter aussi les sorties et entrées illégales dans cette zone, toujours en confinement total. Les hélicoptères jouent également un rôle dans les évacuations sanitaires d’urgence.

Avec la mise en place de la Plateforme nationale de gestion sanitaire de la Covid-19, l’armée renforce, du reste, son rôle dans la riposte sanitaire, proprement dite, contre le coronavirus.

Sauf changement, l’inauguration officielle de cette entité qui a ses locaux au Palais des Sports, Mahama­sina, se tiendra, ce jour. La Plateforme comprend un Centre de traitement de la Covid-19 (CTC), et une plateforme digitale.

Le CTC sis au Palais des sports Mahamasina, a comme particularité d’être exclusivement géré par les Forces de défense et de sécurité (FDS). Les médecins, le personnel soignant et tous les acteurs sont issus de l’armée, de la gendarmerie et de la police.

La plateforme digitale consiste en un centre d’appel. Egalement gérés par les FDS, tous les appels des citoyens concernant le coronavirus sont désormais centralisés au sein de cette entité.

Le centre d’appel est aussi chargé du suivi des malades de la Covid-19, en traitement à domicile. En cas de complication ou de forme grave, il déploie les Brigades d’intervention spéciale (BIS), pour porter les premiers soins et transférer les malades vers les hôpitaux ou les CTC.

La plateforme sise au Palais des Sports gère en effet, les informations sur le nombre de lits disponibles. Des données qu’elle collecte toutes les heures.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi