Economie

Corruption – Les subventions internationales menacées

Edelin Randriamiandrisoa et Ketakandriana Rafitosona déplorent les risques de gels des financements face à la corruption.

Transparency International a tenu un atelier pour prévenir toutes velléités de corruption dans la gestion des subventions du Fonds mondial.

Un risque permanent. Aucun projet de développement économique ou social à Madagascar n’est à l’abri de la corruption. Malgré des procédures drastiques, comme le souligne le président de l’Instance de coordination nationale Mada­gascar (CCM) Edelin Randriamiandrisoa, les subventions du Fonds mondial ne sont pas à l’abri. « Comme il s’agit de subventions, donc de sommes qui ne sont pas remboursées, les procédures sont très strictes. Nous procédons, par exemple, à des suivis tous les trois mois »,
souligne-t-il en marge de la session organisée par Trans­parency International-Initiative Mada­gascar (TI-IM). La CCM est un comité national qui présente au Fonds mondial des demandes de financement au nom de tout le pays. Elle regroupe des représentants des pouvoirs publics, du secteur privé, des partenaires techniques, de la société civile et des communautés vivant avec les maladies car le Fonds mondial intervient à Mada­gascar dans la lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme. Dans ce sens, la CCM assure la coordination des subventions pour le financement des activités.

Convention
Edelin Randriamian­drisoa d’indiquer que les partenaires techniques et financiers évaluent les résultats et impacts de l’utilisation de ces subventions non remboursables. Il a ainsi fait savoir qu’une absence de résultats à cause de la corruption et de la fraude peut amener au gel des financements. Ce qui serait catastrophique pour les bénéficiaires des services vitaux. La directrice exécutive de TI-IM Ketakandriana Rafitosona a déploré, en marge de la session, que les cas de plaintes sont nombreux dans le domaine de l’accès aux soins. Elle a estimé que ces problèmes qui affectent le capital humain a des incidences sur la croissance économique.

La session d’hier a ainsi pour objectif de former les membres de la CCM aux valeurs éthiques et d’expliquer la corruption sous ses différentes formes. Un « Guide sur la lutte anti-corruption et anti-fraude sans la gestion des subventions du Fonds mondial », a été élaboré à cet effet suite à une convention signée entre TI-IM et la CCM. Cette convention entre dans l’approche d’ouverture de TI-IM qui se traduit notamment par le renforcement de capacités de ses partenaires pour mettre en œuvre les meilleures pratiques de gestion et de gouvernance.

 

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • La vérité.
    Il n’existe pas de subventions non remboursables du fond mondiale. Non remboursable signifie irréfutable, que le pays est dans l’obligation d’exécuter la stricte nécessité du programme inter-nation. Pourquoi ? parce que le monde s’échange en déplacement de sa population ou de sa marchandise. Et que les maladies aussi, si non traitées préventivement, accompagnent ces déplacements. Et les autres pays sont contaminés.
    Même si Madagascar a les moyens de le rembourser, ça signifie qu’il doit satisfaire cette nécessité impérative.
    Il faut s’attendre qu’à des sanctions que la population ne peut pas supporter puisque restée malade physiquement et mentalement automatiquement. Incapable de santé forte. Mortalité, misère, meurtre grandissant comme les lynchages en meute de la population devenu comme des animaux sauvages sans pouvoir d’intelligence et de pensée plus saine.
    Moins contraignante mais toujours à la perte du pays, les subventions pour les infrastructures non remboursables parce que toute voie publique, tout marché local public est dans l’obligation d’offrir les mêmes droits de circulation libre que les nationaux, les mêmes prix de la marchandises à consommées au quotidien (sans être exportées en grande quantité. Etc.
    Rien n’est NON REMBOURSABLE. TOUT est à rendre la pareille. Merci.