Accueil » A la une » Refondation à la base – La population axe du développement
A la une Politique

Refondation à la base – La population axe du développement

Edgard  Razafindravahy  recommande  l’inclusion de  la  populationdans  les  projets  de  développement.

Aucun développement n’est possible sans participation de la population. C’est le credo d’Edgard Razafindravahy hier sur la radio Antsiva.

Sans détour. Edgard Razafindravahy est allé droit au but hier dans son intervention hebdomadaire sur la radio Antsiva. Le guide national du parti libéral ADN a parlé de la nécessité absolue de la participation active de la population dans le développement. « Quels que soient les efforts faits par l’État, si la population n’est pas partie prenante du projet, ils seront vains » a-t-il déclaré. Edgard Razafindravahy fait allusion aux participants du récent colloque pour l’émergence du Sud tenu à Tolagnaro et parle en toute connaissance de cause pour avoir sillonné le Sud de part en part.

Beaucoup de projets ont été annoncés à l’issue de ce grand rassemblement. « Il appartient maintenant à la population locale d’accompagner ce développement. Elle doit prendre en main son destin et ne doit pas être un simple spectateur des projets. C’est la clé du succès sinon l’État aura beau remuer ciel et terre, rien ne se fera » a-t-il recommandé.

La population doit être ainsi préalablement préparée à cette démocratie participative pour un développement inclusif. Si certains projets du regretté Didier Ratsi­raka ont en partie échoué, c’est parce que la population a été marginalisée. Des unités de production d’engrais dans des zones où la culture n’est pas propice par manque d’eau, d’autres traitent le cuir là où le zébu n’est pas le meilleur ami de l’homme. Dans le Sud, c’est une partie de la population elle-même qui détruit les pipelines destinés à alléger le problème d’eau. Dans les parcs nationaux et les aires protégées, la création d’association des habitants locaux qui protège les parcs est une illustration de cette participation.

Mission permanente

Il appartient aux partis politiques comme l’ADN de conscientiser, de préparer, d’éduquer la population à cette prise de responsabilité dans le développement.

« Je me porte volontaire avec le parti ADN pour aider la population du Sud ainsi que le président de la République dans cette noble mission » a annoncé Edgard Razafindravahy conscient de la difficulté de cette tâche.

Il a suggéré comment rapprocher les projets à la population. « La production et l’autosuffisance alimentaire doivent aller de pair avec l’adduction d’eau. Quant à l’électricité, elle ne doit pas être gaspillée mais utilisée pour la production».

La sécurité est également un domaine où la population doit être totalement intégrée. « Les bandits sont souvent des habitants du village » fait-il remarquer.

Cette éducation est une mission permanente des partis politiques et non pas des actions dictées par la proximité des élections. « Si je parle aujourd’hui, c’est de manière désintéressée puisqu’il n’y a pas d’élection en vue, ni de siège à conquérir. C’est pour accompagner un mouvement d’effort initié par le président de la République et ceux qui prennent l’initiative d’agir».

Eh oui, les défis de l’émergence du Sud n’est pas une mince affaire. « Si le président réalise ses velirano dans le Sud, il aura franchi un grand cap dans le développement du pays » a-t-il conclu.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter