Faits divers

Tsiroanomandidy – Un ex-banquier attaqué par huit bandits

Tsiroanomandidy a été témoin d’une attaque où  la victime s’est fortement défendue.

Huit bandits munis de fusils de chasse ont pris d’assaut le domicile d’un ancien banquier. Le chef de famille leur a opposé une résistance farouche.

Une vague de terreur s’est abattue à Soa­nafindra Tsiroanomandidy, dans la nuit de dimanche à lundi. Aux petites heures, aux alentours de minuit, une escouade de bandits prêts à en découdre a frappé au foyer d’un ancien banquier.
Equipée de fusils de chasse, d’armes blanches ainsi que de tout un arsenal de brigandage, la bande est composée de cinq membres. Les assaillants en ont eu pour leur grade bien qu’ils étaient armés et avaient de surcroît la supériorité numérique.
Le chef de famille pris pour cible s’est tapi chez lui, attendant de pied ferme les malfaiteurs. Un affrontement est, de ce fait, survenu, lorsqu’il s’est retrouvé nez-à-nez à ces derniers.

Impitoyables
De source auprès du groupement de la gendarmerie nationale de la région Bongolava, l’ex-banquier a été blessé au niveau de son front droit en essayant de tenir tête aux brigands.
Se montrant impitoyables, les malfaiteurs lui ont asséné de violents coups de hache. Ne s’étant pas laissé faire pour autant, le chef de famille a poignardé l’un des assaillants pour ensuite prendre le large.
Entretemps, la brigade territoriale de la gendarmerie nationale à Tsiroanoman­didy a été alertée de l’attaque en train de se commettre. Sitôt informée, la brigade a d’emblée envoyé à la rescousse des éléments d’intervention.
Une poursuite a été du coup engagée et les gendarmes dépêchés sur les lieux ont suivi les traces de sang et passé au peigne fin les environs, mais les recherches se sont avérées infructueuses. Le gang armé a réussi à s’évanouir dans la nature en profitant de la pénombre totale.
Les recherches n’ayant pas abouti, les forces de gendarmerie ont procédé à l’évacuation sanitaire de l’ex-banquier blessé. Celui-ci est mis en observation médicale au centre hospitalier de Tsiroanomandidy.
Les voleurs ont fait main basse sur tous les objets de valeur à portée des mains. D’après les préjudices déclarés à la gendarmerie nationale, ils se sont emparés d’une somme s’élevant à cent mille ariary ainsi que deux téléphones portables.
Les brigands opéraient à visage découvert. Les enquêteurs tombent néanmoins sur un os en essayant de procéder à leurs identifications. Aux dernières nouvelles, les voleurs ne seraient pas des environs mais viendraient de loin.
Un compte rendu a été transmis à la Circonscription Inter-Régionale de la Gendarmerie Nationale à Antananarivo pour la suite de l’affaire. Les investigations se poursuivent tant bien que mal, bien que les limiers se heurtent à une sérieuse difficulté.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter